Bodegas Castaño, vignoble espagnol né vers 1700

Située dans le sud-est de l’Espagne, à l’intérieur de la province de Murcia et dans la zone plus haute de la région, on découvre une Dénomination d’Origine (DO) appelé Yecla, qui comprend seulement une municipalité de 17,000 hectares. « Yecla », le berceau de Bodegas CASTANO.

A une époque lointaine, les Romains se sont établis à l’Espagne. C’est l’empereur Adriano qui resté à Yecla.

Le vignoble CASTANO est né vers 1700. La famille CASTANO travaille ce domaine depuis 1918. Aujourd’hui le domaine compte 600 hectares répartis dans divers points de Yecla. Les vignes sont plantées dans les vignobles à une hauteur de 600 à 800 mètres au-dessus du niveau de la mer. Hauteur qui va apporter des bénéfices au raisin qui obtiendra une maturation et une fraicheur optimale au moment des vendanges.

Les extrêmes écarts thermiques de Yecla sont de bons amis. Pendant l’été, on pourra avoir une température jusqu’à 40 degrés le jour et à 15 degrés la nuit. Ce contraste va nous aider à avoir un taux de sucre et d’acidité équilibré.

Les vignobles sont vraiment pauvres en matière organique, les sols étant faits de cailloux et de calcaires. C’est exactement ce que requière notre cépage emblématique, le Monastrel. Ce cépage, qui depuis l’époque romaine a été établi à Yecla, a comme particularité d’être très résistant aux climats arides et secs. Il peut se passer des mois sans avoir une goutte d’eau et malgré cela, le résultat sera optimal.

Le 12 février dernier, en compagnie de son représentant au Québec, l’agence AOC, le producteur Daniel CASTANO, de la quatrième génération, nous a parlé du domaine, nous a fait découvrir l’appellation Yecla et nous a présenté quelques-uns de ses produits.

Voici les produits dégustés :

CASTANO Blanco 2016. Issu des cépages Macabeo, Chardonnay et Sauvignon blanc. Présente une robe jaune paille de profondeur moyenne. Un nez de bonne intensité, floral et fruité. Au gout une attaque délicate et florale, avec une bonne acidité. Lors de sa trajectoire, on trouve des fleurs, du miel et de la pêche juteuse. La finale est subtile. Sec, frais, rond et féminin. Il s’est marié très bien avec une mousse au saumon. (14.00$)

Hécula 2015. 100% Monastrel. Belle robe cerise vivante. Il sent les fruits rouges et noirs. L’attaque est fruitée et boisée. L’acidité est présente. Les tanins sont souples. L’évolution est fruitée, boisée, épicée. On y détecte la framboise, la réglisse, la cassis, la mure et le clou de girofle. La finale est épicée et amicale. Vin facile à boire avec une longue persistance et un corps corsé. (12.10$)

Le vignoble d’Hécula a 60 ans. Hécula signifie Yecla en latin. L’étiquette représente le visage sur un médaillon qui a appartenu à l’empereur romain Adriano qui a habité à Yecla. Le médaillon a été trouvé enterré dans le domaine.

Solanera viñas viejas 2015. Issu majoritairement de vignes d’environ 80 ans. Assemblage de Monastrel, de Cabernet Sauvignon et de Grenache. Vin puissant, au nez ouvert, avec des arômes de fruits, d’épices, de bois et de cacao. Bonne présence en bouche, avec une acidité droite. Plein de fruits, tels que la prune, la figue et la cassis. Le bois, le cacao, le poivron et le clou de girofle apparaitront tout le long de son évolution. Les tanins sont charnus. Un vin solide qui va nous caresser le palet jusqu’à la finale. Beaucoup de caractère et charmeur. (19.50$)

Santa 2014. On est rendu au niveau supérieur. Bien qu’il respire discrètement des arômes de fruits, en bouche le vin devient vraiment expressif. Avec un corps robuste et une acidité éclatée. Les tanins sont charnus, avec une longue persistance. Évolution explosive de bois, de fruits noirs, de figues, de prunes, de cassis, de cacao, de vanille, d’épices et d’étincelles de fleurs mauves. Un vin riche, séduisant, musclé et concentré. (00.00$)

Masterclass Espagne 2018

Le 12 février dernier, l’association canadienne des sommeliers professionnels, l’ACSP, en collaboration avec le Spanish Fine Wine Institute a donné une formation « Master Class » aux professionnels de l’industrie à Québec, à Montréal et à Toronto. Formation qui a été animée par Michelle Boufard, qui nous a parlé de certaines régions de l’Espagne, en mentionnant ses terroirs, ses climats, ses types de sols, la taille de la vigne, etc. Elle a partagé quelques-unes de ses expériences dans le pays. Nous avons dégusté sept produits. On a commencé avec un Cava.

Voici les produits dégustés:

Villa Conchi Brut Selecciôn, Cava DO. Avec de subtiles notes de fruits crus et de fleurs blanches, cette Cava nous présente une attaque de fruits blancs et une belle acidité croissante. La persistance est durable et l’évolution dynamique. Une finale agréable et rafraichissante appelle à une deuxième gorgée. 15.30$

Val de Vid Verdejo 2016, Rueda DO. Un nez d’intensité moyenne. Des fruits frais à l’attaque. Bonne acidité et persistance moyenne. L’évolution est discrète au début. Frais, léger et agréable. 14.80$

Pazo Señorans Albariño 2016, Rias Baixas DO. Il nous présente un vin aux arômes fermés. L’attaque a une touche d’amertume. Il s’exprime et évolue bien, avec des saveurs de fruits blancs frais, tels que la pêche et aussi les fleurs. Il y a aussi des notes de bois. Bonne persistance et finale fruitée. 23.95$

Gran Sello Tempranillo Syrah 2016, Vino de la Tierra de Castilla. Un nez fruité, d’intensité moyenne. En bouche, l’attaque est semi-boisée. Les fruits noirs, l’acidité ainsi que les tanins souples se font présents pour quelques secondes. Sec, avec une finale précoce.

Pago de Cirsus Cuvée Especiale 2014, Navarra DO. Un nez moyennement fruité. L’attaque est boisée et l’acidité est bien présente. Les tanins sont fermes. L’évolution est solide, fruitée, épicée et végétale. La persistance est respectable et dans la finale, on découvre la prune et le poivron. Sec et solide avec un bon potentiel. Le prix : 26.60$

Luis Cañas Reserva 2012, Rioja DOCa. Un nez semi-puissant, une attaque fruitée et une acidité remarquable. Des tanins charnus. Une évolution boisée, épicée, fruitée: des fruits rouges et noirs, la réglisse et le cacao. Une longue persistance et une finale chocolatée. 33.75$

Rolland & Galarreta 2015, Ribera del Duero DO. Vin rouge sec élaboré avec de vieilles vignes. Il nous offre des arômes de cerise, de réglisse, avec des touches de cuir. Vin qui à l’attaque nous donne des épices. Lors de l’évolution, les fruits noirs, la menthe, les dattes et les épices sortent pour arriver jusqu’à la finale. Les tanins fermes se font assez présents, tout comme son acidité. Une persistance très appréciée. Sec, corsé, musclé et solide. 26.75$

Catena Zapata

Bodegas Esmeralda, propriété de la famille Catena Zapata.

Mendoza a peu près de 33.000 hectares de vignes de cépage malbec. À l’intérieur d’eux il existe un village appelé Agrelo, c’est là qu’on trouve une monumental pyramide inspiré de la culture maya qui nous indique qu’on est arrivé au domaine Adrianna Vineyard, de Bodegas Esmeralda propriété de la famille Catena Zapata.

L’Argentina, pays d’Amérique du Sud qui partage ses frontières avec le Chili, la Bolivie, l’Uruguay et le Paraguay. Le climat est subtropical et humide. Il est tropical dans le nord et subantarctique dans la pointe sud du pays.

La Patagonia, le tango, le mate, la sauce chimichurri, la charcuterie, le Pope François, Evita Perón, Maradona, les vins et la famille Catena Zapata font partie de la culture et l’histoire de l’Argentine.

Dans l’Argentine la culture européenne est très affirmée. Les argentines ont un sang brave espagnole, séduisant italienne et solennelle allemand. Ils aiment les défis et ils défendent leur idéal jusqu’au final.

Pour longtemps les vignobles argentins ont cherché la clé pour avoir succès dans le monde vinicole. Comment convaincre le reste du monde que leurs vins sont bons, c’était le but et comment monter le prestige du Malbec argentine, est encore le défi.

La maison Catena Zapata a commencé avec Nicola Catena, un immigrant italien que, convaincu de la terre argentine a planté la première vigne en 1902, le Malbec argentin était né.

Domingo, son fils a continué l’histoire mais c’est l’économiste Nicolás Catena Zapata, fils de Domingo qui a vraiment changé le destin du domaine, du malbec et de l’Argentine.

Lorsque Nicolàs Catena Zapata travaillait aux États-Unis il a vu comment la qualité des vins de la Californie s’approchait aux européens.

Decidé, Catena est retouné à l’Argentine et il a vendu ses domaines en se restant seulement avec ESMERALDA, le seul domaine de vins fins de la famille. À partir de ce moment Catena passait les temps en étudiant les climats, les sols et les terroirs. Les spécialistes étrangers l’ont recommandé de ne pas continuer parce que le climat de Mendoza était trop chaud pour faire des vins de qualité.

Catena à la place, a commencé à planter dans un site à 1450 mètres d’altitude, celui qu’on connaît comme Adrianna Vineyard à l’honneur de la plus petite de ses filles. Les experts ont intervenu et l’ont dit que le climat était trop froid mais, en cet occasion Catena a écouté seulement son intuition.

Pour surprise de beaucoup, les vins élaborés dans ce vignoble ont donné une qualité extraordinaire et supérieure grâce le climat frais, l’altitude et l’ensoleillement car être plus proche du soleil donnait des arômes particulaires, surtout pour le « malbec ». Catena a été le premier producteur Argentine à réussir vendre ses vins à l’extérieur du pays. Les vins de Catena Zapata ont apparu en plusieurs reprises comme une des 100 meilleurs domaines dans la populaire revue Wine & Spirits.

Maintenant c’est le tour à la quatrième génération; Laura Catena, directrice du domaine. Laura s’est graduée en Biologie et Médicine aux États-Unis, chez Harvard et Stanford. En 2013 elle a fondé le Catena Institute of Wine, qui c’est un centre de recherche, surtout pour les types de sols. « On veut montrer au monde que les vins de Bodega Catena sont à la hauteur des meilleurs vins français ». Pourquoi eux peuvent se rendre à un prix de 30.000 dollars et pas nous outres? C’est cette différence qui nous motive/pousse à travailler plus fort pour que nos vins soient les meilleurs du monde, On a déjà la qualité, la finesse et la personnalité ; maintenant il faut avoir le « prestige » nous explique Laura avec un ton de courage et fierté.

Espagne dans votre verre

Le 18 octobre je suis allée à Montréal pour assister au Salon de vins du troisième pays producteur de vin : L’Espagne.

« Espagne dans votre verre ». C’était un événement organisé par La Commission Espagnole à Toronto. Ils ont fait le salon l’année passée à Toronto et ils voulaient le présenter au Québec. Quand je suis arrivé je me trouvais dans une grande salle, profonde, haute et bien illuminé. Les arômes des vins ne se mêlaient pas avec le publique, nous pouvions bien sentir les produits.

J’ai commencé à déguster les rouges comme une bonne mexicaine avec des racines franco-espagnoles que je n’ai ne pouvait pas caché.

J’étais chez nous, nous étions une vraie famille, la langue et la culture nous les avons incarnés dans l’âme. Nous sommes un peuple de fierté qui a le sang fort, brave, courageux et on est toujours prêt pour se jouer la vie devant le Toro. J’étais tellement fier de ma langue que d’avoir eu l’opportunité j’aurais arrivé avec un mariachi pour jouer les « pasodobles » qu’on aime tellement. Espagne et Mexique, nous sommes des frères.

Robert Alexis étais à charge de la très bonne table gastronomique, on a trouvé des différents styles de fromages par exemple le « manchego » qui vient de La Mancha la terre de don Quijote, jamón serrano, chorizo, salchichón, olives, tapas et desserts typiques espagnoles.

Plus de 450 produits qui venaient de 59 bodegas (domaines). Les cépages vedette: Tempranillo, Monastrell, Bobal, Cariñena, Verdejo, Parrellada, Xarel-lo, Macabeo/VIURA, Airien.

Des vins connus tels que Alejandro Fernández nom qui, à l’oreille espagnole a un son d’une forte présence ainsi comme les vins. Borsao, Marques de Caceres, Bodegas Volver et Gema Sánchez qui nous a présenté son PREMIADO vin TARIMA HILL. Nous avons dégusté Dionisio Ruiz Ijalba 2015, premier vin au monde élaboré avec le cépage Maturana Tinta qui nous a été servi nul que par le producteur de Viña Ijalba: don Bernardo Robin tout un gentleman. La légende de Miguel Torres représenté par Caroline Leblanc. Freixenet avec ses CAVAS de Segura Viuda. Ainsi que des belles découvertes comme Familia Castaño accompagné de Hécula 2015, Alcaria de vieilles vignes et Castaño 2016 mais surtout de le charismatique Daniel son producteur qui a bien réussite l’accord bon vin- bonne compagnie. Bodegas Illana, bodegas Altolandón María López et Sarmentero VS 2014. Bodegas Bleda qui nous a fait découvert Castillo de Jumilla monastrell 2015, un rouge organique d’un goût pur et nature a raisin, l’acidité discrète, les tanins souples, facile à boire. Grandes Vinos y Viñedos avec Monasterio de las Viñas et Nieves Beamonte sa productrice. Bodegas Linaje Garsea et son brandy Spanish Oak.

Grupo Yllera qui nous a fait déguster un blanc de cépage Verdejo de vendage nocturne 2016, richesse aromatique, fruité et looooooooooooooong comme le laberynthe-cave de XIV siècle de son domaine et avec une fraîcheur capable d’enlever les tanins les plus incrustés dans la palette.

On est arrivé avant midi et on est sortie vers 21h. Comme vous constatez L’Espagne a été en toute sa splendeur! Olé!

Liste des bodegas participantes à « L’Espagne dans votre verre »

Altolandon

Alvaro Palacios

Alvear

Baron De Ley Group

Bodega Alejandro Fernandez

Bodega Berroja

Bodega Sarmentero

Bodegas Altanza, S.A.

Bodegas Alvia

Bodegas Atalaya

Celler Can Blau

Lagar Da Condesa

Bodegas Ateca

Bodegas Tridente

Bodegas Rosario Vega

Bodegas Bleda, S.L.

Bodegas Borsao

Bodegas Campos Reales

Bodegas De Los Hdros Del Marqués De Riscal

Bodegas Fariña

Bodegas Franco-Españolas S.A.

Bodegas Grupo Yllera, S.L.

Bodegas Habla

Bodegas Juan Gil

Bodegas Marques De Caceres/Sylvestre Vins Et Spiritueux Inc.

Bodegas Muga

Bodegas Palacios Remondo

Bodegas Piqueras

Bodegas Protos

Bodegas Riojanas

Bodegas San Alejandro

Bodegas Valenciso / Vini Vins

Bodegas Viña Cartin

Bodegas Volver

Bodegas Xaló

Bodegas Y Viñedos Illana

Bodegas Y Viñedos Tábula

Castaño Family Wineries

Cillar De Silos

Codorníu Raventós

Corby

Cuatro Rayas

De Moya

Enate

Gleva Estates

Grandes Vinos Y Viñedos

Grupo Freixenet

Javier Sanz Viticultor

Juve & Camps

Les Vins Bonhomme

Linaje Garsea

López Cristóbal – Ribera Del Duero

Lozano

Manuscrito

Miguel Torres

Mustiguillo

Perelada

Tintoralba

Venta La Vega

Vicente Gandía

Vinergia Spanish Wines

Vinyes Del Terrer

Viña Ijalba

L’Occitanie et George Vigouroux

À quoi pensez-vous si je dis le mot OCCITANIE?   La première fois que j’ai entendu ce mot, l’image qui m’est venue en tête était une pierre précieuse, un bijou, un trésor caché. Si vous avez eu la même impression que moi, Permettez-moi de vous dire que vous avez tout à fait raison.  

Ça s’est passé au Club Saint-James à Montréal en Octobre 2017. Il s’agit d’une dégustation de vins de Cahors appelé « Georges Vigouroux, Créateur de Grands Vins Malbec de Cahors et D’Occitanie ».

L’Occitanie est une nouvelle ancienne région française de style Moyen-Âge très touristique, agricole et vinicole, est là qu’on trouve Cahors. On y parle encore le vieux français. C’est le Pape Jean XXII qui est né à Cahors et qui avec son savoir-faire a su entrainer plusieurs vignerons à s’implanter à Châteauneuf du Pape et à construire aussi le Palais d’Avignon.

Cahors a vu son premier Cru sortir en 1870, pourtant le malbec a été le cépage principal du premier Grand Cru 1855 à Bordeaux. Malgré que Cahors fût une région romaine difficile à attaquer et facile à défendre, ce sont   le phylloxera et les 2 guerres mondiales qui ont provoqué le déclin de 50% de la population de Cahors, une des villes les plus dynamiques à l’époque. L’Occitanie avait alors été considérée comme presque disparue.

Les vignobles ont commencé à être replantés vers 1956 et on peut dire que sa renaissance a culminé avec son premier AOC en 1971 (Appellation d’Origine Contrôlée).

Revenons au Club St-James, l’exposant était Bernard-Gabriel Vigouroux, quatrième génération et actuel producteur. Son nom de famille est cohérent avec ses actions. Fier représentant de Cahors, défenseur templier du Malbec français et ambassadeur touristique d’Occitanie. 

La Maison George Vigouroux est un domaine familier qui a laissé ses traces depuis 1887. Pionnier à Cahors, parce qu’il fut le premier principal vignoble à être replanté. Les produits de la maison sont bien cotés par Wine Spectator.

Après une exposition visuelle de Cahors et de l’Occitanie, monsieur Vigouroux nous a présenté cinq « vigoureux » produits de sa gamme. « Québec aime le Malbec, Québec aime Cahors « a-t-il dit avec certitude. Il nous a parlé des sols, de la lumière, de la température, du terroir et du savoir-faire.

Nous avons dégusté:

1. Tradition Familiale 2016. Rouge pourpre vivace avec une profondeur moyenne. Il dégage des arômes de fruits noirs et de violette. Une attaque goûteuse où l’acidité est présente. Les tanins sont charnus. Sa longue persistance est aussi fruitée et agréable au final.

2. Château de Haute-Serre 2014. Issu majoritairement de Malbec, il se présente avec une robe violacée intense. Au nez, du fruit noir comme la figue, des épices et des touches florales. En bouche on trouve une attaque épicée avec des tanins charnus. C’est un vin concentré et viril qui montre une belle évolution avec du tabac, du laurier, des fruits mûrs qui ouvrent la porte à une finale boisée. 

3. Château de Mercuès 2014. Rouge rubis intense et brillant avec une palette d’arômes de fruits noirs confits, de cassis, de menthol, d’eucalyptus et de bois. Il nous offre une attaque boisée mêlée aux tanins fermés qui s’ouvrent tranquillement pour laisser la place à la violette et aux épices. Vin concentré, puissant et équilibré. Idéal pour gens d’affaires.

4. Château de Haute-Serre 1990. Rouge brique avec une profondeur moyenne. Il sent les dattes et le tabac blond. Il goûte les raisins, les dates et légèrement le tabac. L’acidité est discrète et la persistance moyenne. L’évolution est délicate, toute en finesse. Le vin nous montre un corps moyen et mature sans perdre l’élégance de son âge.

5. Château de Haute-Serre 2000. Rouge grenat qui porte une profondeur moyenne comme l’intensité de ses arômes. L’attaque est discrète et pourtant les tanins sont charnus. Vin solide qui possède un corps costaud, ample et plein de matière. Sa longue persistance nous permet de profiter de la densité de ses fruits, de l’eucalyptus et de la violette avant d’arriver à son agréable finale épicée.  

Pour bien finir, Bernard-Gabriel nous a fait une « Invitation au Voyage » à son Château de Mercués. Ancien château du moyen âge qui a été acquis en 1983 par la maison Vigouroux. À partir de ce moment l’Œnotourisme est né à Cahors. Il a été élu deuxième Château-Hôtel de la France en 2016.

Bien sûre que tous les invités ont accepté, après tout, ce n’est pas tous les jours qu’une personne vous invite à son château privé! 

Château Rouillac, L’équilibre entre deux passions : le vin et le cheval.

 C’est au cours du XVII siècle, au sud de Bordeaux, que l’histoire commence avec Jean de Martigny, qui donna une portion de terre à Jean-Paul Loret, alors, Président du Parlement de Bordeaux.

Postérieurement, épris de la beauté du lieu, de la paix et de la tranquillité qui s’en dégagent, le Baron de Haussmann, amant des vins bordelais, acquiert la propriété en 1864. Il a ordonna de maçonner le domaine. Ses alignements précis, l’élégante cour carrée, les grands espaces aménagés et la charmante façade lumineuse, tout cela se remarque dans le style et la personnalité du Baron de Haussmann, qui renaîtra en 2009 grâce à Laurent Cisneros et à sa famille qui ont restauré le domaine comme à l’original. Simplement resplendissant.

Les écuries centenaires et l’orangerie de cette époque donnent au domaine sa jeunesse, sa vigueur, son dynamisme et… son lignage.

C’est dans l’appellation Pessac-Léognan, entre vignes et chevaux qu’on découvre le fascinant Château Rouillac. Domaine de 36 hectares, dont 26 sont plantés de vignes où l’encépagement rouge et les chevaux dominent. La reprise du « labour intégral » est très importante au château, à preuve, près d’un tiers du domaine est labouré par des chevaux de traite. 

Vignoble 100% nature, la famille Cisneros a comme mission de procéder à une culture raisonnée qui a comme règle le respect de la nature.

La conversion du vignoble a débuté dès janvier 2010. En septembre 2012, Château Rouillac a reçu la certification AREA (Agriculture Respectueuse de l’Environnement en Aquitaine). C’est en juillet 2013 que la certification « Haute Valeur environnementale » (Normes AFNOR de niveau III du Grenelle de l’environnement) est arrivée. 

Le domaine procède à la suppression totale d’herbicides chimiques et d’insecticides, ainsi qu’à la mise en place de la méthode dite de la « confusion sexuelle » afin de lutter contre le vers de grappe.

Aussi, l’utilisation de produits de traitements biologiques à base d’argile naturelle et d’huiles essentielles, tout comme la reprise du labour intégral, sont quelques-unes des pratiques environnementales qui leur ont fait mériter la certification jusqu’en juillet 2019.

Domaine possédant un terroir généreux avec des sols de graves du tertiaire (mélange de galets, de graviers et de traces providentielles de la Garonne (du fleuve). Le climat est tempéré étant donné la proximité de la Garonne avec l’océan. Ce sont 23 hectares répartis 52% Cabernet Sauvignon et 48% merlot. Puis, pour les 3 hectares de blancs, 70% Sauvignon blanc, 16 % Sémillon et 14% Sauvignon gris.

Le directeur technique du domaine, Jean-Christophe Barron partage cette philosophie écoresponsable. Maître dans l’art vitivinicole depuis plus de 20 ans, Jean-Christophe est devenu le complice du Château Rouillac qui a contribué à en faire une véritable référence.

La Dynastie Cisneros, un assemblage d’excellence.

La famille Cisneros est composée de Laurent, Sophie, Mélanie, Ophélie et Eugène.

J’ai eu le privilège de rencontrer Laurent, Sophie et Mélanie au Festival Bordeaux fête le vin à Québec en 2017. Je me souviens d’avoir été impressionnée par Mélanie (elle ne le savait pas, mais maintenant elle le sait). C’est Mélanie qui m’a fait déguster Château Rouillac et le Dada. Mélanie est une jolie fille, très mature, expressive, transparente, responsable et sûre d’elle-même. Elle connaît ses produits et sa passion pour son domaine, ainsi que pour l’équitation sautent aux yeux. Elle est tellement fière de ses parents, du Château Rouillac, de sa famille et de ses chevaux. Nous avons goûté deux glamoureux vins, résultat de tout leur travail. Lors de notre conversation, Laurent et Sophie sont arrivés, j’ai alors compris toute la fierté de Mélanie.

Quand l’intuition trace la route.

Laurent est un français de descendance espagnole, son père a immigré de l’Espagne pour s’installer à Angoulême en 1963.

Laurent est un ancien joueur de foot. Il joua à l’A.S. Cannes, aux côtés de Zidane. À 25 ans il rejoint l’entreprise artisanale de chauffage créée par son père, qu’il lui a rachètera plus tard. En 2009 il est approché par un groupe industriel et décide de leur céder l’entreprise. Après ce cycle de vie, il se fie à ses intuitions et se lance dans la viticulture. Au bout de deux mois, il devient propriétaire de Château Rouillac. Par hasard, son arrière-grand-père était un vigneron espagnol qui œuvrait autour de Madrid. Intuition, inspiration, changement, réincarnation? On ne sait pas, mais sa décision semblait marquée par le destin. Qui sait, peut-être un jour aura-t-on un Château Rouillac en Espagne!

Chacun de nous a un chemin de vie qui tôt ou tard se matérialise.- Laurent Cisneros.

Château de Rouillac 2010. Une attaque droite, fine et élégante. 58% cabernet sauvignon et 42% merlot. Élevage de 16 à 18 mois qui donne sa structure au vin et qu’on ressent dès le début. Un parcours galopant de fruits noirs, tels que la figue et la prune, de bois, de cacao, d’épices et d’un léger soupçon de cuir. Les tanins sont bien exposés et la persistance est longue comme une queue de cheval. Château Rouillac tapisse sensuellement le palais. Il est sec, solide et vigoureux jusqu’à sa noble finale. Un cheval fin de race, que vous pourrez passer en carafe dès ce soir, ou encore le déboucher dans 15 ans! (53$) 13.5%

Le second vin de Château Rouillac est Le Dada de Rouillac 2015. Les vignes et la passion de l’équitation sont toujours bien présentes. 65% Merlot et 35% Cabernet Sauvignon. Euphorique robe rouge violacé qui dégage des arômes de fruits noirs confits, de cassis, de mûre et de torréfaction. Dada est un vin sec, facile et plaisant à boire. Dans sa charmante démarche de cheval, Dada a un goût resplendissant de fruits, de bois, de cacao et de cassis. Son acidité est sophistiquée, les tanins sont soyeux et sa persistance énergique. Dada est tout en finesse et en jeunesse, c’est l’élite. Le palais reste fasciné par son harmonie. Je vous recommande fortement de le déguster avant 5 ans. (35.75$)

 Vous retrouvez dans le Château Rouillac, la fraîcheur, la finesse et le caractère des Cisneros, une réincarnation de la belle noblesse française.

 Le Baron ainsi que ses vins blancs suivront. J’ai entendu dire que les blancs de Rouillac sont plus tenaces que le cheval blanc de Napoléon.

Pour voir les images, allez à la section : galerie de photos. Pour écouter la vidéo de Mélanie, allez sur Vidéos-entrevues!

Source d’information : Site web Château Rouillac, Festival Bordeaux fête le vin à Québec 2017 et les producteurs eux-mêmes.

OMERTO, premier Vin de Tomate au monde 2017

OMERTO, le premier  Vin de Tomate au monde.

Dans les années 30, en Belgique, il y avait pénurie  de tout à cause de la première guerre mondiale. Pas de vêtement, pas de nourriture, pas de vin. Un homme appelé Omer a décidé de faire son propre vin à base du seul aliment qu’il avait : la tomate.

La Tomate est un fruit et pas un légume, comme nous le rappelle  le producteur de Baie Saint Paul : Pascal Miche. C’est lui qui a repris l’idée de son arrière-grand-père Omer  pour l’offrir au monde entier.

Nous retrouvons   sur le marcher quatre cuvées faites à partir de six sortes de tomates ancestrales et biologiques. Chacune des cuvées est  le résultat d’un assemblage de trois sortes de tomates. Le Domaine de la Vallée du Bras travaille en culture Biodynamique. Voici les 4 cuvées d’OMERTO.

Vin apéritif sec. Robe jaune pâle dorée. Des arômes d’agrumes et une bonne acidité. Accord : poisson fumé, huîtres, sushi. 

Vin moelleux. Jaune pâle léger.  Au nez, on y trouve de subtiles notes de fleur d’oranger, de melon et d’abricot. L’acidité de la tomate et la douceur du sucre résiduel sont présentes. Accord : foie gras et desserts.

Demi-sec. Jaune paille brillant à cause de la part des Anges (évaporation du vin en barrique). Il sent les agrumes et le boisé fumé par la torréfaction en barrique. Un goût aux notes de cognac. Accord : Fromages forts.

Fût de châtaignier et cerisier. Jaune paille. Parfums de pétales de rose, d’orange et un peu de boisé. Moelleux aux  saveurs de la famille du Sherry. Accord : Fromages bleu, chèvre et chocolats.

Festival des Vins de Saguenay 2017

Pourquoi j’y assiste !

Bon nombre de québécois ont un intérêt pour le vin, peut-être pour la génétique, pour la culture, ou encore tout simplement pour le plaisir.

Le FVS est un événement où l’on peut « déguster » une grande diversité de vins de partout au monde. On y retrouve aussi d’autres produits comme les eaux de vie et les liqueurs.

Le Festival de Saguenay exige beaucoup d’organisation et de logistique. D’abord un permis, un porte-parole, les installations, la publicité, les commanditaires, les ressources monétaires, les infrastructures, etc.

Le plus important c’est la participation des gens, du public, autant des amateurs que des connaisseurs du bon boire.

Autre point important, le FVS se montre comme un promoteur de la région qui sait faire découvrir à ses visiteurs, le Saguenay, ses habitudes, ses habitants, ses attraits touristiques ainsi que les produits de son terroir.

Le FVS en plus d’être une activité vinicole, est aussi une source économique pour beaucoup des personnes et d’entreprises telles que les restaurants, les hôtels, les gîtes, les auberges, les boutiques, les tours sur le fjord, etc.

Jeunes adultes et moins jeunes se retrouvent sur l’amusante rue Racine avec la même énergie, le même objectif : déguster, découvrir, socialiser, rencontrer des personnes passionnées par le vin. C’est Saguenay, le pays du bleuet, qui sait recevoir son monde et qui permet de vivre de bons moments en bonne compagnie. Avec le temps, comme le bon vin, le Festival des vins de Saguenay se bonifie et se diversifie. À vous d’en profiter!

Cette année le FVS a ouvert ses portes pour sa Onzième année, et c’est nul autre que Philippe Lapeyrie qui en était le porte-parole.

Tout a été pensé, en cas de pluie, le hangar de la zone portuaire était prêt.

L’inauguration a eu lieu le jeudi 13 juillet à La Place du Citoyen dans le centre-ville de Chicoutimi avec une formule 5 à 7 dont les invités étaient les Vins du Sud-Ouest. Nous avons eu la chance de savourer sur place le fameux « cassoulet » élaboré par le chef Pachon, bien aimé au Saguenay. La chaleur du soleil nous a accompagnés et les fontaines colorées dansaient au rythme de la musique de notre D.J.

Le vendredi 14 juillet les dégustations ont eu lieu sur la rue Racine. Il-y-avait aussi des dégustations –conférences dans l’espace « Boîte à vin rouge FM » animéesprincipalement par les producteurs invités : Pierre-François Perrat (domaine des Béates), Lise Gayraud (Château Lamartine), François Chartier, Alain Bellemare (Villa d’Orta) et Edoardo Montresor (Vins Montresor). On retrouvait donc de l’animation sur toute la rue. Mentionnons la présence de notre original et talentueux chroniqueur-sommelier Olivier Maisonneuve (samyrabbat.com) qui a su attirer l’attention du publique alors qu’il faisait un peu l’historique du vin grâce à son habillage de Bacchus, le Dieu romain du vin.

Le samedi 15 juillet, encore une fois la rue était pleine de gens et de beautés de tous les âges profitant de cette ambiance festive et conviviale.

La boîte à vin rouge ne « dérougissait » pas de gens intéressés qui « buvaient » les paroles et les conseils des différents conférenciers. Pour l’occasion : Brigitte JeanJean (le vin rosé Le Pive Gris), Julie Montreuil (Vinum Grappa), Jean-Marc Amez-Droz (Vins de Suise) Jean-Claude Mas (Paul MAS), Alexandre Chaudière (Château Pesquie), Anthonie Jaume (Domaine Jaume) et Patrice Plante (Monsieur Cocktail).

Aline Mignault Présidente de l’Association Canadienne de Sommeliers Professionnel, l’animateur Richard Turcot et Ève-Marie Lortie de l’émission « Salut, bonjour » ont participé au festival également.

Pour la fermeture du FVS, François Chartier, un des sommeliers les plus illustres dans le monde de la sommellerie, nous a offert une soirée disco en compagnie du D.J. Darryl Masih, et de Monsieur Cocktail lui -même qui nous a concocté un cocktail électro-musical à base de FRONSAC- Chartier. La soirée était encore jeune et déjà la rue racine été remplie de gens qui dansaient et fêtaient dans une ambiance chaleureuse et carnavalesque.

Pour ma part, après avoir dégusté plus de 350 produits, visité 52 exposants et avoir parlé à pas moins de 30 vignerons qui représentaient 32 pays viticoles, je suis très contente et satisfaite de cette belle expérience à Chicoutimi qui l’espace d’un festival, est devenue pour l’occasion le festival-disco-bar-extérieur le plus populaire et le plus grand du Québec.

J’y serai encore l’an prochain! Et vous?

La byodinamie de Parés Baltà

Depuis le début des temps, l’astrologie a été très importante dans différentes cultures, tels que les Mayas au Mexique et chez les égyptiens. Les astres, les étoiles, les signes zodiacaux, les phases de la lune et les prédictions ont toujours été un thème très attrayant à travers l’histoire de l’humanité, et encore aujourd’hui, la viticulture n’y échappe pas.

La biodynamique est une façon de faire le vin. Cette culture a comme philosophie le respect de la terre et des organismes vivants.  Elle a également sa touche astrologique.   Par exemple, quelques viticulteurs soigneront les vignes lors d’une pleine lune, utiliseront des levures autochtones avec peu ou pas de sulfites et feront appel au magnétisme pour l’irrigation.  Élaborer du vin demeurera toujours un défi à trouver l’équilibre entre laisser travailler la nature et laisser intervenir l’humain.

Un bon exemple, c’est le domaine espagnol « Parés Baltà », qui depuis 1790 plante ses vignes de façon respectueuse envers la planète et l’univers. Le domaine familial produit des vins et des caves d’une qualité haut de gamme grâce à ses raisins qui proviennent de 5 parcelles différentes. Des mosaïques de sols, des altitudes qui vont de 170 m jusqu’à 750m et bien entendu divers microclimats qui font que ses produits sont uniques sur le marché des vins au niveau mondial.  Les vins sont certifiés « BIO » et les vignobles sont reconnus en « Biodynamie » par DEMETER.  Pour faire la fertilisation naturelle ils ont des moutons, pour la pollinisation ils ont des abeilles. Pas de pesticides, pas d’herbicides, pas de chimiques.

C’est Joan et Josep Cusiné Carol avec ses épouses Ma. Elena et Martha qui font les produits sous la supervision de don Joan Cusiné Cusiné, père des deux frères. Le résultat : vins de haute qualité, avec du caractère et l’équilibre. Vins qu’en bouche on goûte la nature, la planète, la pureté.

En 2003 ils sont commencés un projet à Priorat : Gratavinum et en 2005 à Ribera del Duero : Dominio Romano.

Parés Baltà Cava brut. Mousseux catalan, blanc, sec et rafraichissant. Bouche expressive, fruitée, avec une touche de beurre en finale.  Assemblage de: parrellada, macabeo et xarel-lo. Il ira bien avec les huitres. (16.55$)

Parés Baltà Mas Elena 2013. Rouge sec. Fruité et végétal, on y détecte le poivron vert et la réglisse.  Charnu, savoureux, persistant et surtout structuré. Finale légèrement boisée.  Bon avec les gibiers. (19.85$)

Château Gaudou et Fabricio Durou

Le Château Gaudou est né en 1733 dans le sud-ouest de la France, sous l’appellation, Cahors.

Vignoble de 50 hectares dont les vignes ont entre 10 ans et 120 ans, composé à 80% de Malbec, à 15% de Merlot et à 5% de Tannat. Il est situé sur les terrasses de la vallée du Lot au sud, les vignes sont exposées au soleil presque toute l’année. Le sol est fait de grave, d’argile et de calcaire.

À Château Gaudou on travaille de façon Raisonnée, cela veut dire qu’on élabore les vins de manière responsable en harmonie avec la nature pour le bon plaisir du consommateur. L’attention minutieuse portée au terroir et aux produits visent un impact minimal pour l’environnement et pour l’homme. Cette façon de faire permet d’offrir des vins authentiques en laissant mère nature faire son œuvre.

Tout a commencé au XVIIe siècle avec Louis Durou et Marie-Louise, mais les registres paroissiaux parlent d’une famille Durou dès l’an 1500. Plus récemment, Jean-Charles, Julia, Louis-Jean, René, Brigitte et maintenant Fabrice sont quelques -uns des maîtres d’œuvre de ce domaine réputé pour son amour et le respect des vignes.

Fabrice Durou est donc le dernier descendant de sept générations. Âgé de moins de 40 ans, il a su combiner sa passion pour la vigne, avec son esprit moderniste, au respect de la terre et au savoir-faire de ses aïeux pour créer des vins fins, originaux et modernes. Sans changer la qualité de ses produits, le domaine veut offrir des vins puissants et concentrés pouvant être bus jeunes par une nouvelle génération de consommateurs et de dégustateurs.

Le Château Gaudou fait ses vins de façon consciente et chaque bouteille a sa petite histoire. Le Château est ainsi passé de trois cuvées à sept, dont deux sont de grands vins qui proviennent de parcelles spécifiques : 100% Malbec, vins puissant et concentrés.

Concentrés, fruités, solides, savoureux, fins, puissants, aromatiques avec du caractère et de la personnalité », c’est comme ça que l’on décrit le Château Gaudou à Cahors.

Les millésimes passent, pas le style. Fabrice Durou.

Ses produits :

TRADITION. Le second vin du château.

GRANDE LIGNÉE : Le premier cru du domaine.

LA CUVÉE RENAISSANCE : Cuvée de grande garde.

LE SANG DE LA VIGNE : Un des meilleurs crus.

RÉSERVE CAILLAU : Vin d’excellence.

EXCEPTION BLANC SEC : Unique dans son style.

EXCEPTION ROUGE : Surprenant

EXCEPTION BLANC MOUSSEUX : Issu de Malbec rouge et vinifié comme un blanc.

PREMIER GRAIN : Rosé sec.

LA CHARMEUSE : Séduisant depuis plus de cent ans.