Festival des Vins de Saguenay 2019

Des fois, pour organiser un souper chez soi, ça prend toute la semaine et on finit brulés!

Imaginez-vous l’organisation d’un festival qui attend 40.000 visiteurs qui souhaitent passer de bons moments. Simplement, ils font confiance à l’organisation et il faut débuter plusieurs mois à l’avance, faire des centaines d’appels téléphoniques, vérifier les médias, chercher les partenaires, réserver les hôtels, avoir les permis conformes à la loi, parler avec les agences de vins, préparer le lieu de l’événement, les activités, les innovations, avoir des responsables pour le trafic dans le centre-ville de façon à assurer la fluidité des voitures ainsi que du public, il faut finalement installer les agences dans leur kiosque, le tout supporté par une forte logistique.

Ce Festival est réalisé grâce à l’organisation d’une grande équipe, constituée de: Carl Huth, Charles Boudreault, Nadie Potvin, Dany Simard, Catherine Boulay, Mario Landry, Nancy Wauthier, Monique Gauvin, Maxime Boudreault, Joalain Tremblay, Sophie Blackburn et Samy Rabbat, conseiller du Festival des Vins de Saguenay depuis neuf ans. Les citoyens et les commerces sont aussi une partie importante afin de réussir le Festival, ils savent qu’ils devront accueillir des milliers de visiteurs et ce pendant 3 jours.

Imaginez donc l’organisation derrière cet événement, qui selon la dernière étude d’achalandage touristique réalisée par la firme Groupe Performance Stratégique Inc, a en 2018 provoqué des retombées économiques de 3 303 329,57$ et généré 12 660 nuitées à Saguenay.

En 2018, 78% des 39 085 visiteurs ont affirmé s’être déplacés expressément pour participer au Festival. Autrement dit, les amants du vin, d’ici et d’ailleurs, traversent le Québec pour faire partie du plus gros et plus festif événement des vins de la belle province.

Le Festival des Vins de Saguenay existe depuis 13 ans et chaque année il se vit de différentes façons, sans perdre l’énergie et l’esprit festif, convivial et décontracté qui le caractérisent. Cette année, le Festival nous a offert à tous, l’occasion de découvrir et de déguster des vins dans une cinquantaine de kiosques d’agences de vins et de spiritueux installés en pleine rue racine.

Philippe Lapeyrie, porte-parole officiel depuis 13 ans, était accompagné de Richard Turcotte, Ève-Marie Lortie, Frédéric Arnould et de15 invités médias provenant de Montréal, de Charlevoix, de Caraquet, de Toronto et de New York. Tous ayant le même objectif : faire rayonner le Festival pendant 3 jours.

Le jeudi 11 juillet, c’était l’ouverture avec un 5 à 7, le cocktail ayant lieu à la place du Citoyen. Des vignerons, des invités, un dj et des vins issus de riesling, de gewustraminer, de pinot blanc, de pinot gris et de pinot noir attendaient la population! Le coût de 12$, donnait droit à trois dégustations de vins de l’Alsace. Après le 5 à 7 les festivaliers ont été invités à se diriger vers la Zone Portuaire, afin de profiter du concert d’été gratuit de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mettant en vedette le rappeur d’origine autochtone Samian.

Autre nouveauté de la treizième édition : Le Festival des Vins de Saguenay souhaite être un événement écoresponsable. En effet, des partenariats avec Amigo express et avec le Système de Transports Saguenay ont permis de promouvoir le transport en commun, tout en éliminant les bouteilles de plastique sur le site. Beauté pour l’environnement!

Le vendredi 12 juillet, tous les gens sur place soupiraient de soulagement grâce au changement de la température qui devint plus clémente. Tous avions peur de la pluie. Si cela avait été le cas, deux immenses chapiteaux auraient été installés sur la zone portuaire de Chicoutimi.

Bien que les dégustations aient débuté à 16h, le public, lui, a commencé à arriver plus tôt. À côté de l’entrée, où le public pouvait se procurer ses billets, était installée la Boîte à vin Rouge 96,9 où Mario Landry, Nathalie Gagnon, Sylvette Guitar et Éric Desroches, entre autres, nous ont fait vivre des expériences de dégustations guidées. Puis, à 17h le public a été reçu pour la première conférence animée par James Barruol. Les conférences du vendredi et du samedi ont été animées par Catherine Corbeau-Mellot du domaine Mellot, par Sylvain Langue qui est un producteur de spiritueux (White Keys vodka et son dernier produit, le Spritz Les îles), par Alain Rochard du domaine Le Loup Blanc, par Sami Gosh du domaine libanaise Massaya et par Nathalie Richard, entre autres.

J’ai eu la chance de faire des entrevues avec des personnalités du monde du vin et de l’alcool, tels que : Samy Rabbat, Jacques Orhon, Nicolàs Duvernois, Alexandre Bonfils et Catherine Corbeau-Mellot.

J’ai fait la connaissance d’Alexandre Bonfils, un vigneron du Sud de la France, qui est venu exclusivement pour participer au Festival des Vins de Saguenay. Je l’ai rencontré dans une activité hors du commun et à haut risque le samedi matin. Alexandre a 22 ans et il fait partie de la sixième génération des Bonfils. Il a grandi dans le domaine familial et tout petit il vivait déjà l’expérience de la viti-viniculture. Officiellement et à 100%, Alexandre a commencé à voler de ses propres ailes à l’âge de 17 ans. Il m’a confié qu’à chaque journée il mangeait un raisin pour constater l’évolution du fruit. Alexandre élabore des vins qui représentent sa personnalité. Ce jeune musicien de jazz croit fortement que la musique est harmonie et pour lui, faire du vin c’est comme une partition de musique : tout est question d’équilibre entre certaines notes qui représentent les fruits. Pour le vin l’harmonie est donc dans les fruits, ainsi de la musique avec les notes. Question d’équilibre et d’harmonie entre le deux, et surtout, de nous laisser guider par notre instinct! Son vin OPÉRA, est un rouge sec, frais, fruité et corsé. Issu d’un assemblage de Syrah, de Grenache, de Carignan et de Mourvèdre. 15.30$. Écoutez la vidéo- entrevue sur ma page www.facebook.com/labeauteduvin/

La productrice Catherine Corbeau-Mellot est à la tête du domaine Mellot. Il s’agit d’un domaine familial historique et ses origines remontent à 1513. Le domaine Mellot est propriétaire de vignes sur les principales appellations du Centre Val de Loire : Sancerre, Pouilly-Fumé, Pouilly-sur-Loire, Menetou-Salon, Quincy, Reuilly, Coteaux du Giennosis et Chateaumeillant. Ses vins sont bien appréciés sur le marché québécois.

Écoutez la vidéo- entrevue sur ma page www.facebook.com/labeauteduvin/

Dans les émissions de télévision La Beauté du Vin, je mentionne assez souvent samyrabbat.com mais qui est-ce? Pour vous cher public, je vous présente Monsieur Samy Rabbat qui, même s’il était pressé par le temps, m’a donné une entrevue où il parle un peu de son parcours et de son rôle dans le Festival des Vins de Saguenay. Écoutez la vidéo- entrevue sur ma page www.facebook.com/labeauteduvin/

Nicolas Duvernois est le créateur de la première vodka québécoise et gagnant du prix Meilleur vodka au monde, entres autres. Cela lui a pris des années pour vendre sa première bouteille de Pur Vodka. Nicolas et sa femme Caroline ont créé également Romeo’s Gin, nommé ainsi en l’honneur de leur chien Romeo. Maintenant l’entreprise Duvernois est le plus grand producteur indépendant au Canada et ses produits sont présents dans une dizaine de pays.

Écoutez la vidéo- entrevue sur ma page www.facebook.com/labeauteduvin/

Jacques Orhon, qui avec un verre de vins rosé à la main, nous a confié que bientôt il célébrerait son demi-siècle de profession comme sommelier professionnel. Jacques Orhon est né entouré de beaux châteaux historiques dans la Loire, en France. Depuis qu’il est petit, les raisins faisaient partis de lui parce que son père avait une petite vigne et que Jacques questionnait déjà ce que chaque raisin avait à lui offrir. À travers les années, Jacques a fait de sa passion pour le vin son métier. Jacques est un globetrotter du vin, il a écrit plusieurs livres à propos du vin et il nous en présente quelques-uns dans une vidéo-entrevue.

Écoutez la vidéo- entrevue sur ma page www.facebook.com/labeauteduvin/

Une nouveauté, cette année au festival avec les cocktails sans alcool de Vinum Grappa. C’est Madame Julie Montreuil qui est à la tête de l’entreprise et il s’agit ici de trois produits qui sont des infusions, résultats de la distillation d’herbes, sans sucre, libres de couleurs et de saveurs artificielles et sans calories.Un autre kiosque qui a vraiment attiré l’attention pour ses cocktails ainsi que pour son personnel a été celui d’Amarula coco et Calvados avec Manon Ledoux, Amélie et Anne-Rose.

La température montait à Chicoutimi, mais la route rafraîchissante de la rue racine continuait avec la fraîcheur de Romeo’s Gin Tonic, Romeo’s Gin Fizz et la pureté de Pur Vodka Moscow Mule du producteur Nicolas Duvernois qui était accompagné de Fréderick Tremblay et de son épouse Caroline Bandulet, propriétaires de la Microbrasserie de Charlevoix. Saviez-vous pourquoi le nom de Romeo? Nicolas a nommé son Gin, Romeo en l’honneur de son chien.

Il-y-a une tendre histoire derrière. Romeo était le chien de Nicolas. Romeo qui a été adopté très jeune par Nicolas il a vécu 13 ans avec lui. Malheureusement, ça ne fait pas longtemps, Romeo est parti au ciel, c’est triste.

Non loin de là, on entendait de la bonne musique, c’était au coloré kiosque de Sylvain Langue avec son nouveau « Spritz Les îles », un apéritif québécois qu’il servait avec de la glace, un mousseux et une demie tranche d’orange. Wow, le public participait, ça dansait sur place, et le beau Maximiliano nous faisait le show avec les bouteilles. La fiesta totale!

En marchant, j’ai écouté une personne dire : Là-bas il-y-a des vins d’orignal! Quoi? Je suis restée figée sous le brulant soleil, puis, rapidement je suis allée pour les découvrir. Les 5 mètres de distance ont été longs à cause de la multitude, finalement j’arrive et j’ai vu qu’effectivement, il-y-avait des cornes d’orignaux sous le kiosque d’Oeno de Richard Carrier. Heureusement il s’en servait juste comme décoration, puis cela m’a permis de découvrir Massaya Arak, un spiritueux anisé fait à base du cépage autochtone Obeïdi et de graines d’anis verts. L’arak subit une triple distillation traditionnelle dans des alambics en cuivre, de type charentais, chauffés aux ceps de vignes avant un vieillissement en anciennes jarres de terre cuite. Les vins de Massaya, ont été servis par le producteur libanais Samy M. Ghosn, qui était sur place avec sa femme et ses quatre enfants.

En parlant des enfants, parmi les kiosques, il-y-avait deux jeux de poche pour les petits ainsi que pour les grands. On retrouvait aussi la roue de fortune 96.9 Rouge, exclusivement pour les majeurs de 18 ans. Le Festival a pensé à tout et à tous, parce qu’il-y-a beaucoup de familles qui y assistent.

Le samedi, vers 20h, le Festival des Vins de Saguenay se prépare pour la finale. Chaque année il-y-a une activité de clôture inoubliable et cette fois c’est Jacques Orhon qui a joué de la guitare et tout le monde chantait dans le lobby de l’hôtel Chicoutimi, protégé de la pluie. Le Festival des Vins de Saguenay a dit adieu, encore une fois, à plus de 40.000 visiteurs.

LE FESTIVAL DES VINS DE SAGUENAY – Le Festival des Vins de Saguenay 13e édition est une présentation de la SAQ, en collaboration avec la Ville de Saguenay, le Gouvernement du Québec, 96.9 Rouge, Les Caisses Desjardins du Saguenay, Nutrinor, le Casino de Charlevoix, Léo Automobile Honda et Éduc’Alcool, présentateur des dégustations animées à la Boite à vin 96.9 Rouge, qui rappelle que la modération a bien meilleur goût. 

Source : Sophie Blackburn, Responsable des communications et de l’événement même. 

Les Lauriers de la Gastronomie Québécois 2019

Deuxième Gala « Les lauriers de la Gastronomie Québécoise »

En plus d’eau qui est vital, les humaines ont besoin d’une alimentation très varié en protéines, limpides, glucides, vitamines et minéraux. Une bonne assiette doit être colorée et contenir les ingrédients et les quantités correctes.

Ça fait plus de 2.400 ans que la relation entre nourriture et santé est connue. Le philosophe Hipocrates disait que, l’alimentation était notre santé.

Les lois de l’alimentation sont 4, tels que 4 points cardinales. Elles sont :

Loi de la quantité. La quantité de nourriture doit être suffisent pour couvrir les besoins calorifiques du corps, ici on parle d’hydrates de carbone et des graisses qui puissent réguler la température corporelle.

Loi de la qualité. L’assiette doit être remplie d’hydrates de carbone, protéines, graisse, vitamines, minéraux et d’eau.

Loi de l’harmonie. 30% de protéines, 40% de graisses, 30% de carbohydrates.

Loi de l’individualité. Chaque personne est unique, ainsi que chaque assiette est particulière. En considérant l’âge, le sexe, le poids, l’état de santé et les habitudes on va préparer la nourriture.

Au 12ème siècle, le mot RESTAURANT qui provient du verbe restaurer qui signifiait remettre en état, remet debout. Au 16ème siècle, le terme de RESTAURANT, sera plus reconnu pour désigner un aliment reconstituant. Au 17ème siècle, le terme sera plus indiqué pour un bouillon restaurant fait de jus de viande concentré.

Restaurant désignait aussi, un pain de 400 g dans certaines boulangeries du sud de la France.L’activité de restauration a existé bien avant l’utilisation du terme restaurant.Dans les lieux où l’on servait à manger et à boire aux voyageurs, en leur offrant parfois aussi le repos et un service pour leurs équipements.

Comme le « Hoshi Ryokan » ouverte en 717 au Japon, est la plus ancienne auberge du monde encore en activité.

Les types de restaurants sont : gastronomique, rapide, casse-croute, café, bistro, brasserie, relais routier, auberge-restaurant de la ferme (produits de terroir), de spécialités (pizzeria crêperie), familier, cuisine collective, etc.

Les types de services sont :

À la française, chacun sélectionne son repas et tous sont servis au même temps.

À la russe, les hôtes, assis autour d’une table, sont servis à la portion et peuvent manger chaud.

À l’anglaise, Dans le service à l’anglaise, le serveur apporte et pose devant chaque convive une assiette, qui sera plus tard desservie par la gauche du client.

À l’américaine, Avec le service à l’américaine, les assiettes sont préparées en cuisine par le personnel de cuisine et apporté par la droite, commençant par les dames, aux convives. Ce service est le plus utilisé actuellement. Il permet une large gamme de présentation sur assiette. Cette technique se nomme service à l’assiette, en restauration française.

Le 29 avril 2019, dans l’Arsenal Art Contemporain a eu place la 2ème Gala des Lauriers de la Gastronomie Québécoise. L’équipe organisateur est formée par : la directrice générale et fondatrice Christine Plante. La directrice des communications et des partenaires et cofondatrice Michelle Labarre et pour la directrice des contenues Gwenaëlle Reyt.

Christine Plante (la directrice générale) est formée en communications et en gastronomie, elle conjugue ses forces et ses passions pour développer, célébrer, fédérer et faire rayonner une industrie qui bouillonne et qui a soif de grandir. Christine considère la gastronomie comme l’une des grandes richesses culturelles et identitaires d’un peuple, au même titre que sa musique, sa langue ou son cinéma. Elle est animatrice, conférencière, journaliste, auteure du livre Street Cuisine, les meilleurs restos roulants de Montréal.

Fonder un gala, c’est comme monter une mayonnaise…Ça prend plusieurs ingrédients pour que ça lève! Christine Plante.

Comment décident-ils qui gagne en 2019?

Il-y-a une Brigade de plus de 3.500 professionnels de tous les métiers de la gastronomie et de quatre coins du Québec qui votent et qui donnent le 50% de la décision finale. Vous pouvez joindre la brigade aussi, inscrivez-vous! En plus c’est gratuit.

Le 50% de votations restantes ont été à charge d’un jury formé pour Stelio Perombelon (présidente du jury 2019) Anicet Desrochers, Colombe St-Pierre, Hélène Laurendeau, Jean-Martin Fortier, Julie Aubé, Patrice Demers et Patrice Plante.

Dans Les Lauriers il-y-a de divers prix, les voici avec leur gagnant :

Entreprise ou Initiative de l’année.

Fourchette bleue. La certification Fourchette bleue, un programme mené par Exploramer depuis 2009, encourage les restaurants et les poissonneries à faire découvrir des espèces comestibles méconnues du Saint-Laurent, dans une perspective de développement durable et de protection de la biodiversité.

Événement Gastronomique de l’année.

Foodcamp à Québec. Depuis 2011, Foodcamp se veut un rendez-vous culinaire où les chefs, restaurateurs, producteurs et foodies partagent leur passion pour la gastronomie. Tenu au grandiose Château Frontenac, à Québec, l’événement propose durant deux jours des ateliers-conférences de grands chefs. Il intègre aussi un marché public rassemblant 30 exposants accessible au public.

Mixologue ou Bartender de l’année.

Émile Archambault. Le Petit Mousso, Montréal. Responsable de la carte de cocktails des restaurants Le Mousso et Le Petit Mousso, Émile Archambault s’est distingué en figurant parmi les 6 finalistes de la compétition Made With Booze pour laquelle il a terminé 3ème en 2017 et 2ème en 2018. Sans complètemetn délaisser le monde de la mixologie, il quittera prochainement l’équipe de Mousso pour se consacrer au vignoble qu’il vient d’acheter.

Sommelier de l’année.

Véronique Rivest. Soif Bar à vin, Gatineau. Véronique cumule les distintions dans le monde de la sommellerie : en 2013 au Concours du meilleur sommelier du monde, elle est la première femme à atteindre le podium en obtenan la 2ème place. Elle a aussi remporté le titre de meilleur sommelier du Canada en 2006 et en 2012, en plus d’avoir été élue meilleur sommelier des Amériques en 2012. En 2014, Véronique Rivest ouvre Soif Bar à Vin à Gatineau.

Prix du Service en Salle.

Denis Lessard, Le Serpent, Montréal. Installé dans le quartier Griffintown, dans un vieux bâtiment industriel, Le Serpent se décrit comme une brasserie contemporaine aux accents italiens. Denis Lessard y exerce comme maître d’hôtel depuis l’ouverture en 2014. Grâce à lui et son équipe, la justesse et l’amabilité de service en salle sont à l’avant-plan des qualités de l’établissement.

Laurier Hommage.

Jean-Paul Grappe. M. Grappe a dédié toute sa vie à la gastronomie québécoise. Originaire de Dijon, il arrive au Québec en 1966, à l’âge de 24 ans, afin de participer à l’organisation du pavillon de la France à l’Expo 67. Ayant un coup de foudre pour Montréal et pour le Québec, il décide de s’installer ici. Il a tenu un rôle absolument déterminant dans l’évolution de la gastronomie québécoise des 50 dernières années.

Prix du Tourisme Gourmand.

Jardins de Métis, Grand-Métis. Ce qui au départ n’était que le jardin d’une apprentie jardinière est devenu un véritable sanctuaire de plantes et de plantes et de fleurs. Ouverts au public depuis 1962, les jardins de Métis sont un arrêt incontournable pour les visiteurs de la Gaspésie qui s’intéressent un tant soit peu à l’histoire, aux plantes, à l’art ou à la gastronomie. Que ce soit en parcourant le parc, dans les produits gourmands disponibles, les jardins de Métis célèbrent les espèces végétales comestibles dans toute leur splendeur.

Food Truck de l’année.

Grumman ’78, Montréal. Installé dans un vieux camion dont la carrosserie a soufflé ses 40 bougies l’an dernier, est l’un des plus vieux routards et réputé comme le grand précurseur de la cuisine de rue contemporaine à Montréal. Proposant une cuisine très librement inspirée du Mexique, on y déguste des tacos *banh mi* ou végétariens aux champignons ou au fromage feta.

Producteur de l’année.

Suzanne Dufresne et Daniel Gosselin. Au Gré des Champs, Saint-Jean-sur Richelieu. En 1989 Suzanne et Daniel rachètent la ferme laitière familiale Gosselin. Avec le temps, ils se tournent vers la production biologique, mais doivent aussi trouver un moyen de la valoriser et de la rentabilité. Ils se lancent donc dans la fabrication de fromages au lait cru. Depuis 200, ils proposent des fromages qui reflètent le terroir et qui évoluent…au gré des champs.

Artisan de l’année.

Michael Marler et Véronique Hupin. Les Pervenches, Farnham. Situé dans les Cantons-de-l’Est, le petit domaine de 3 hectares a tout d’un grand. Pionnier dans la culture de cépages européens au Québec, le domaine des Pervenches a été fondé par Michael Marler et Véronique Hupin. Le couple produit de vins biologiques en biodynamie qui font le bonheur des amateurs québécois.

Boulanger de l’année.

Jochen Niemand, Boulangerie Niemand, Kamouraska. Est une des adresses qui ont contribué à façonner la réputation gourmande de Kamouraska. Le boulanger meunier allemand Jochen Niemand est tombé amoureux de la région, il y a 25 ans. Depuis, il confectionne avec grand soin des pains au levain avec une technique de panification allemande. Les farines utilisées sont issues de grains locaux, biologiques et sont moulues sur place.

Chef Pâtissier de l’année.

Stéphanie Labelle, Pâtisserie Rhubarbe, Montréal. Après ses études à l’ITHQ, Stéphanie Labelle frappe à la porte de la maison parisienne Pierre Hermé où elle décroche un emploi d’un an. À son retour à Montréal, elle passe par plusieurs cuisines de restaurants, avant d’ouvrir en 2010 la pâtisserie Rhubarbe, qui devient rapidement une adresse incontournable pour les dents sucrées. Le comptoir Rhubarbe, version salée de la pâtisserie, a pris la place de celle-ci à son déménagement rue Laurier, en 2017.

Prix du Rayonnement de la Culture Culinaire.

David Mc Millan et Frédéric Morin. Véritables super stars de la gastronomie montréalaise, David et Frédéric ont fait de leur premier restaurant Joe Beef, une institution et l’un des restaurants québécois les plus renommés au-delà de nos frontières. En 2018, le duo a fait paraître un ouvrage intitulé *Suivre à l’apocalypse* dans lequel ils présentent leur univers gastronomique ainsi que les moyens de composer avec les mille et un maux de la société d’aujourd’hui.

Révélation de l’année.

Benjamin Mauroy-Langlais, Le Petit Mousso, Montréal. Il s’agit du chef du restaurant Le Petit Mousso, petit frère du Mousso, qui a ouvert en 2018. Avant, il a ouvré, entre autres, à La Salle à Manger, à l’Hôtel Herman, à Automne Boulangerie et au Montréal Plaza. En 2018, dans le cadre de la compétition San Pellegrino Young Chef, il a remporté le titre de *Meilleur jeune chef au Canada* et a été le premier québécois à participer à la finale mondiale des meilleurs chefs e moins de 30 ans.

Le laurier du Public.

Ricardo. Animateur et entrepreneur renommé. Ricardo accompagne quotidiennement les québécois grâce à son émission de télévision, son magazine, son site de recettes, ses livres, ses restaurants et sa ligne d’accessoires de cuisine.

Chef de l’année.

Stéphane Modat, Champlain à Québec. Cela fera bien 19 ans que le chef Stéphan Modat s’établi au Québec, après avoir fait ses armes dans les grands étoiles Michelin d’Europe. En deux décennies, ce passionné de cuisine et de chasse a su imposer comme l’une des figures émérites de la gastronomie québécoise. Il commande aujourd’hui les cuisines de l’hôtel Fairmont Le Château Frontenac et vient de publier l’ouvrage Cuisine de chasse.

Restaurant de l’année.

Mon Lapin, Montréal. Ouvert en mars 2018 dans la Petite-Italie, à Montréal, le bar à vin Mon Lapin est l’un des derniers projets de la famille Joe Beef. Le chef exécutif et copropriétaire Marc-Olivier Frappier, en compagnie de la chef de cuisine Jessica Noël, y proposent une cuisine impeccable à partager entre amis. La carte des vins également remarquable, est l’ouvre de la sommelière Vanya Filipovic.

J’aimerais remarquer la présence de notre beau Charlevoix dans les finalistes de deux catégories : le Restaurant de l’année ainsi que dans la catégorie Chef de l’année. Il s’agit du restaurant Faux Bergers et son chef Émile Tremblay de Baie-Saint-Paul.

LES ALCOOLS OFFERTS DURANT LA SOIRÉE. 

SUR LE TAPIS ROUGE

BULLES * en primeur*

Ces petits imprévus 2018

Domaine du Nival.

COCKTAIL DE BIENVENUE

Une création de Patrice, commanditée par le Domaine Lafrance

Dandy Old Tom Gin, cidre effervescent Darragon dit Lafrance,

Sirop de gingembre Monsieur Cocktail,

Crème de cassis Monna & Filles.

SERVI AVEC LE REPAS STAFF MEAL

VIN BLANC

Chardonnay La Côte 2016, magnum

Vignoble et cidrerie Coteau Rougemont, Québec

VIN ROUGE

Le Grand Coteau 2015, magnum

Vignoble et cidrerie Coteau Rougemont, Québec

VIN ROSÉ

Duo Le Grand Saint-Charles, Québec

DURANT LE PARTY DE CUISINE

Bar à bière gratuite offerte par la Microbrasserie Le Trou du Diable! 

Lune de Miel

Brassin exclusif, collaboration Lauriers x Trou du Diable x Miel d’Anicet 

Pils Aramis

Microbrasserie Le Trou du Diable

ALCOOLS SERVIS AU BARS

BULLES

Cava Brut Nature Gran Reserva 2014, Bodegas Summarocca, Espagne (Rézin)

Vouvray Brut Épaulé Jeté, Domaine Catherine Et Pierre Breton, France (Oenopole)

Champagne Brut Horizon Blanc De Blancs, Champagne Pascal Doquet, France (Oenopole)

BLANC

Bourgogne Aligoté 2017, Domaine Naudins-Ferrand, France (Oenopole)

Patras Roditis 2017, Domaine Tetramythos, Grèce (Oenopole)

Bourgogne Chardonnay Vieilles Vignes 2016, Maison Nicolas Potel (Rézin)

ROUGE

Côtes De Rhône Villages Signargue La Montagnette 2018, Cave d’Estézargues, France (Rézin)

Côtes Catalanes 2017, Domaine Majas, France (Oenopole)

Beaujolais Villages KV 2017, Domaine Vionnet, France (Oenopole)

Vin De Pays Des Collines Rhodaniennes Syrah La Dernière Vigne 2016, Pierre Gaillard, France (Rézin)

COCKTAILS

Ginette : Panoramix gin, absinthe Joual vert, sirop de gingembre Monsieur Cocktail, sirop de miels d’anicet, framboise et piment fort, jus de lime et eau de rose. 

Pinky Swear : Dandy gin, sirop de licorne Monsieur Cocktail, liqueur de rhubarbe Sivo et citron. 

Bubbly Carp : domaine Lafrance cidre mousseux rosé, cachaça Sebastiana silver, sirop de pamplemousse Monsieur Cocktail et amermelade.

Negroni Québécois : gin Trait-Carré, amermelade et vermouth rouge kayak 23.

BAR À GIN TONIC QUÉBÉCOIS

Création sur mesure avec les sirops Monsieur Cocktail 

Choix de Sirop 

Love Tonic (hibiscus et pamplemousse)

Tonic Québécois (argousier et thé du Labrador)

Gym Tonic (concombre et framboise, sans sucre ajouté;) 

Choix de Gin Québécois 

Panoramix : Absinthe des Cantons

Trait-Carré : Distillerie de Québec

Thuya : Distillerie Fils du Roy

Be Origin : Distillerie Vice & Vertu

Bleu Royal Gin: Bluepearl Distillerie

Dandy Gin: Domaine Lafrance

Le Gin De Marie-Victorin : Les Subversifs

Wabasso : Distillerie Wabasso

Km12 : Distillerie du Fjord

Partage Dry Gin

St-Laurent : Distillerie du St. Laurent

Les Herbes Folles: La Société Secrète

Source d’information : La Beauté du Vin

Somewhereness : l’Ontario c’est goûter l’esprit des lieux canadiens

C’est sous les latitudes de la Bourgogne qu’on trouve les régions viticoles de l’Ontario. Elles sont situées entre 41 et 44 degrés de latitude nord. Ces vignes de régions plus fraiches nous donnent des vins plus aromatiques et rafraîchissants avec une acidité plus marquée que ceux de régions plus chaudes. Le lac Ontario modère la température de l’air  tout au long de l’année et les constants écarts de température donnent un bon équilibre entre l’acidité, l’alcool et l’expression du fruit.

Les sols sont composés d’argile, de calcaire et de limon glaciaire. L’argile limite la production de vignes, ce qui donne de petites baies et de petits rendements. Les sols, combinés au climat distinctif contribuent à l’expression de l’esprit des lieux des vins ontariens.

Matt Kramer, auteur et chroniqueur de Wine Spectator, a utilisé le terme Somewhereness pour décrire le mélange du terroir, du climat,  de la vigne et du vigneron.

Lors de son passage à Montréal le 10 septembre dernier, le groupe Somewhereness, composé pour cette occasion de 11 domaines, a présenté les produits suivants.

Domaine 13 th Street Winery, Niagara Peninsula.

Les propriétaires sont Doug et Karen Whitty. Le domaine se consacre à la production de vins mousseux et de vins tranquilles depuis 1998. Le vigneron du domaine est Jean Pierre Colas, qui compte plus de 30 ans d’expérience dans le Beaujolais, à Chablis et au Chili.  Le Riesling, le Chardonnay, le Gamay noir et le Pinot noir  couvrent 40 acres. Le domaine produit des vins fins, considérés parmi les meilleurs de la région.  

Premier Cuvée 2012, Niagara Peninsula VQA. C’est un mousseux très aromatique. La bouche est rafraîchissante avec une texture mi-grasse. Invitant à boire tranquillement et à l’apéro. 48 mois sur lies. (44.50$)

2017 Cabernet Franc, Creek Shores VQA. Un nez  épicé et fruité. Au goût, les tanins sont soyeux et le corps est ample. À l’intérieur de la trajectoire, il est corsé, épicé, fruité, sec, végétal et long. Il présente une bonne acidité et une finale à la violette. (29.65$)

Bachelder Niagara

Thomas Bachelder, le rêve réalisé.

Natif de Montréal. Thomas Bachelder avait travaillé dans différents domaines, jusqu’au jour, où au tournant de la cinquantaine, lui et sa femme ont décidé de lancer une entreprise de négoce, « Delaney-Bachelder ». Le couple achète ses raisins et loue caves et pressoirs, point! Ce personnage coloré dans le monde  du vin produit dans trois pays : France, Canada et États-Unis.

Thomas Bachelder s’occupe de produire du Chardonnay, du Pinot noir et maintenant du Gamay. Il produit en Bourgogne, au Niagara et en Orégon.

Pinot noir Parfum de Niagara 2016, Niagara Peninsula VQA. Il montre un nez ouvert de fruits rouges frais et de tabac. En bouche il est sec avec une bonne acidité et il offre des saveurs de fruits rouges, de tabac et de terre humide. Les tanins  sont soyeux avec une longue persistance et une finale agréable de tabac. (25$)

La première cuvée Gamay Wismer-Foxcroft Vineyard 2016, Twenty Mile Bench VQA. Il respire  des arômes fruités et épicés. L’attaque est agréable. Vin sec et mi-boisé. Les tanins enrobent la bouche et se combinent bien aux fruits. L’acidité est discrète et la finale soutenue. Un gamay sérieux. (27$)

Cave Spring Cellars

Le domaine Cave Spring Cellars doit son  nom  aux grottes de calcaire et aux sources  d’eau minérale qui broutent dans le vignoble.

Fondé et exploité par la famille Pennachetti et le vigneron émérite Angelo Pavan. Le domaine est un pionnier de la culture de vitis vinifiera. Leurs meilleurs crus sont issus de vignes âgées d’une quarantaine d’années plantées dans les sols argilocalcaires du vignoble Cave Spring de Beamsville Bench.

Cave Spring Cellars cultive dans trois vignobles pour un total de 72.5 hectares (179 acres). 80% de la production provient de Beamsville et 20% de Lincoln Lakeshore. Avec un total de 58.000 caisses. 72% en blanc et 28% en rouge.

30.25 ha en Riesling, 14.5 ha en Chardonnay, 12.25 ha en Cabernet Franc, 7.25 ha en Pinot noir, 5.75 ha en Gamay, 1.75 ha en Pinot gris et 0.75 ha en Gewustraminer.

Cave Spring Cellars est vendu partout au Canada, aux États-Unis, sur le marché européen, en Chine et au Japon.   

Riesling Dolomite 2016, Niagara Escarpment VQA. Un très beau nez puissant d’agrumes et de pétrole.  À l’attaque, il se détache des arômes de lime, de sel et d’agrumes. Au palais, l’acidité est succulente et provoque des frissons partout dans le corps. Longue persistance avec une bonne tension. La finale est rafraîchissante. (20.70$)

Riesling CVS 2016, Beamsville Bench VQA. Nez au citron vert, de miel et avec des nuances de pétrole. Au premier contact avec la bouche on sent la minéralité. Le corps est mi-musclé avec une bonne tension. Citronné, rafraîchissant et légèrement pétillant tout au long de sa trajectoire. Bonne persistance.  (31.90$)

Pinot noir Dolomite 2016, Niagara Escarpment VQA. Un fort coup de fruits rouges et d’épices que vous trouverez au nez. Un corps robuste qui possède des tanins puissants. La trajectoire est garnie de fruits rouges, de bois, de cannelle et de tabac. Une bonne acidité dans un vin corsé, soutenu et équilibré. Bon rapport qualité-prix. (24.20$)

Domaine Queylus, Niagara Peninsula.

Au sud de l’appellation VQA Vinemount Ridge, Queylus se spécialise dans la production de Pinot noir, de Chardonnay, de Merlot et de Cabernet franc.  Provenant des 16 hectares de vignes du domaine, avec ses appellations :  Vinemount Ridge, Lincoln Lakeshore et Twenty Mile Bench. Thomas Bachelder, soutenu par l’œnologue Kelly Mason,  produit les vins du Domaine Queylus.

Merlot La Grande Reserve 2013, Niagara Peninsula VQA. Un nez élégant avec des arômes de bois et d’épices. Un goût charmant avec des tanins soyeux et une bonne acidité. Ce Merlot fruité, boisé, corsé et épicé va vous charmer avec sa longue persistance. (49.95$)   

Flat Rock Cellars. Appellation Twenty Mile Bench.

Situé au sommet de Twenty Mile Bench, au sud-est de Jordan Village, le domaine produit une gamme de Riesling, de Pinot noir, de Chardonnay et de vins mousseux avec la méthode traditionnelle.  Le domaine ultramoderne compte avec des vignes sur 80 acres et travaille par gravité. Particulièrement le fameux Riesling Nadja’s Vineyard, est considéré comme l’un des plus prestigieux vins de la région.

Pinot noir 2016, Twenty Mile Bench VQA. Un nez agréable qui s’affirme par des saveurs de fruits rouges. Les tanins sont charnus, la persistance est appréciable, l’acidité est présente et la finale fruitée. Sec, corsé et harmonieux.   (23.95$)

Nadja’s Vineyard Riesling 2016, Twenty Mille Bench. Nadja montre son potentiel au nez avec la pomme verte et les agrumes. Nadja se démarque par  une attaque citronnée et rafraîchissante. La tension est là, suivie par la pomme verte, la poire, les agrumes et les fleurs. Nadja exhibe un corps léger et une finale agréable.  (25$)

Hidden Bench.

Fondé en 2003, et en utilisant exclusivement les fruits issus de ses vignobles biologiques qui s’exhibent sur 100 acres, le propriétaire Harald Thiel montre son approche à la nature.

Le domaine produit une gamme de Pinot noir, de Chardonnay, de Riesling, et d’assemblages de cépages bordelais. Les vignobles Rosomel, Locust Lane et Felseck sont tous situés dans la sous-appellation Beamsville Bench de Niagara, cependant, chacun a sa propre expression du terroir.

Estate Chardonnay 2014, Beamsville Bench VQA. Tout un panier de fruits exotiques au nez : l’ananas, la pêche en sirop, le maïs et le beurre. Un goût  puissant et fruité, tout en étant subtil et velouté. L’acidité est délicieuse, autant que ses  fruits exotiques. L’ananas, la pêche et le maïs à volonté pendant de longues secondes. Simplement succulent!   (32$)

Malivoire Wine

Dans les appellations Beams Bench et péninsule du Niagara.

Martin Malivoire est un adepte-collectionneur de vins. Il est aussi le propriétaire du domaine qui prend son  nom de famille, Malivoire. Spécialiste dans le  domaine des effets spéciaux à Hollywood, Martin Malivoire a décidé de changer son destin.  En 1996, il a donné la vie au domaine Malivoire. Du chardonnay, du Pinot noir, du Gamay et du Maréchal Foch sont les cépages vedettes du domaine.

Gamay 2017, Niagara Peninsula VQA. On dirait qu’il a un nez joyeux et fruité. Un vin léger. En bouche, on goûte la cerise. Les tanins  sont discrets. Style Beaujolais, aussi une courte macération carbonique, selon les mots de son producteur. (18.75$)

Southbrook Vineyards, Organic Vineyards.

Dans les appellations Four Mile Creek, Niagara-On-The-Lake et Niagara Peninsula, Bill Redelmeier et son épouse Marilyn sont les ambassadeurs des vins locaux. Leur établissement vinicole est certifié LEEDMD. Le domaine de 150 acres appartient à la sous-appellation Four Mile Creek, il produit du Chardonnay,du Cabernet Sauvignon, du Cabernet Franc du, Merlot et de la Sirah. Les vignes sont élevées en biodynamique sous la direction d’Ann Sperling, vigneronne expérimentée.

Estate Orange Wine 2017, Ontario VQA. (Skin fermented vidal) Ce vin jaune exhibe un nez fruité. L’attaque est fruitée, on goûte les écorces d’oranges. Une bonne acidité. Il tapisse la bouche en laissant un goût d’écorces d’orange.  La macération pelliculaire est d’un mois et la fermentation est en inox. (34.95$)

Estate Merlot 2016, Four Mile Creek VQA. Un rouge avec des arômes d’épices et de petits fruits. Avec une belle acidité et des tanins charnus, ce Merlot s’expose dynamiquement, long en bouche, fruité et boisé. La finale est agréable et épicée. Le vin a été élevé un an en fût de chêne français. (45.95$)

Stratus

Stratus est un vignoble de 55 acres dans les appellations Niagara Lakeshore et Niagara Péninsule fondé en 2005.  Il a été le premier établissement vinicole certifié LEEDMD au monde. Stratus fait pousser des raisins sans produits chimiques, afin de protéger la santé et le goût du terroir. Le vigneron J-L Groux produit des vins à l’aide de 16 variétés de raisin issues du domaine qui compte avec des installations de vinification par gravité. Il dispose d’un système de chauffage et de refroidissement par géothermie.

Stratus White 2014, Niagara-On-The-Lake VQA. Le Chardonnay, le Sauvignon blanc et le Sémillon sont les acteurs principaux qui servent à élaborer ce vin velouté, fruité, floral et frais. Le maïs combiné à une touche d’agrumes le fait vraiment délicieux. La persistance est longue. Un subtil goût de fleurs se retrouve jusqu’à la finale.     (52$)

Stratus Red 2015, Niagara-On-The-Lake VQA. Assemblage bordelais. Un agréable et puissant éventail d’arômes fruités noirs cuits et d’épices. Passerelle ample de saveurs en bouche : La figue, le cassis, la prune, le bois, la menthe et le poivre. Une persistance respectable et une acidité marquée, accompagnée de tanins étoffés complètent pour en faire un vin riche, séduisant et solide. Un rouge sec,  corsé, épicé qui coûte 48.00$.

Tawse Winery

Dans les appellations Twenty Mile Bench et Niagara péninsule.

Avec plus de 200 acres, le domaine Tawse a été élu le vignoble canadien de l’année à plusieurs  reprises.  Tawse travaille en viticulture biologique et biodynamique, il utilise aussi la technique de la gravité douce et naturelle pour faire passer les raisins et leur jus par les différentes étapes de vinification.

Le propriétaire Moray Tawse a fait mentionner sur l’étiquette le nom précis du vignoble, dont le Pinot noir, le Chardonnay, le Cabernet Franc et le Riesling sont issus.

Le domaine Tawse s’est démarqué comme leader de l’industrie avec son tout premier millésime en 2001.

Limestone Ridge Sparking Riesling 2016, Twenty Mile Bench VQA. Vraiment succulent! Pétillant, fruité, floral, rafraîchissant et gouteux, avec une bonne tension, floral et tout en longueur. La finale est solide, harmonieuse et  savoureuse.  (26.45$)

Laundry Vineyard Cabernet Franc 2014, Lincon Lakeshore VQA. Voici un vin corpulent et  fruité dès l’attaque.  Les tanins se présentent avec force lors de sa très longue trajectoire boisée et fruitée, de plus en plus jusqu’à la finale. La prune, le bois, les épices et l’acidité sont toujours dans la palette. Une belle expression de lui-même!  (33.75$)

Sources d’information: Somewhereness.com et l’événement même.

Automne, quand tu me charmes

Le printemps est pour revivre, l’été pour s’activer, tandis que l’automne est pour allumer la cheminée et s’assoir devant en prenant un verre de vin dans le calme. Humer ses arômes, goûter ses saveurs et sentir comment il caresse subtilement le palais. Après tout, c’est l’automne et on n’est pas pressé.

La nature est si prodigieuse que lorsque l’automne arrive, les fruits finissent de mûrir et les arbres commencent à faire tomber leurs feuilles. Ils se dépouillent alors de ce qui n’est plus nécessaire pour demeurer avec l’essentiel. Pour nous les humains, il nous manque la chaleur, toutefois, nous avons une abondance de fruits.

L’automne est une saison tranquille et sage qui nous invite à réfléchir, à nous écouter avec plus d’attention en nous dédiant plus de temps. C’est souvent à ce moment que les gens prennent le temps d’aller consulter leur médecin ou leur psychologue.

L’automne, tellement puissant, hypnotisant, nous force à nous arrêter pour contempler, avec les yeux de l’âme, la chute des feuilles colorées qui tombent en toute tranquillité et nous rappelle ainsi, qu’une autre année se terminera bientôt. C’est à ce moment- là qu’on peut prendre conscience et se demander : « Qu’est-ce que j’ai fait de bien cette année pour moi et pour les autres ».

Pour moi, l’automne existe pour décrocher, se retrouver, suivre nos instincts et renforcer notre intérieur tout en restant à la maison pour y passer plus de temps avec nos proches.

Festival des Vins de Saguenay 2018

FVS= Folie des Vins Succulents.                      FVS= Fun, Vins, Séduction.                 FVS= Full de Vins Savoureux.

FVS= Folklore, Vins et Sagesse.                      FVS= Fantastiques Vins à Saguenay.  FVS= Foule de Vins Surprises.

Oui, on peut le décrire de différentes façons, sauf que FVS va plus loin encore. Le Festival des Vins de Saguenay 2018, deuxième édition, c’est l’évènement de l’année!

Présenté par la SAQ.

Organisé par une vraie troupe et grâce à la direction de Dany, de Carl, de Ruth, de Sophie, de Samy et de Jacques, entre autres, le FVS 2018 a battu son record d’assistance.

Portant le drapeau blanc-bleu, le porte-parole, depuis la première année, a été Philippe Lapeyrie.

La caserne générale était munie de plus de 350 produits viticoles internationaux et québécois. Un bataillon de 35 exposants était représenté par 32 pays et par 30 vignerons. Tous les participants attendaient l’ordre de sortir du bataillon pour assouvir la soif des visiteurs qui venaient du Saguenay et de partout ailleurs au Québec.

Tout était bien planifié, en cas de pluie, le Festival aurait lieu au hangar de la zone portuaire.

La zone d’animation principale,  » La Boîte à Vin Rouge  » a été érigée afin de servir de cellule de sagesse lors du festival. Il y a eu comme invité :

Andrew Mikus et Mauren David                                                Alain Rochard

Distillerie 1769                                                                               Vignoble Le Loup blanc

Brigitte Jeanjean                                                                            Emmanuel Cazes

Vignobles Jeanjean                                                                       Domaine Cazes

François Boscary                                                                            François Chartier

Château Rouquette sur Mer                                                      Les Vignerons de Chartier

François-Xavier Barc                                                                      Jared Jackson

Complices de Loire                                                                        Coppola

Irene Alemany et Laurent Corrio                                               Lise Gayraud

Alemany i Corrio                                                                            Château Lamartine

Mario Pelchat                                                                                  Marta Bonomo

Domaine Pelchat Lemaître-Auger                                            Santa Margherita

Penelope Irvin                                                                                 Roberto Alonso

Hernry of Pelham Estate Winery                                              Bodegas Valdemar

Sébastien Déry                                                                                Sylvain Langue

Sazerac                                                                                             White Keys Vodka

Tous nous ont offert des animations et dégustations gratuites en collaboration avec « Éduc’alcool ».

Le premier rendez-vous, chaleureux, a eu lieu le jeudi 12 juillet à 17h. Le lancement du festival a commencé avec l’apéro offert à la Place du citoyen. Les vins du Beaujolais étaient à l’honneur et à la hauteur pour tous les palais. L’ambiance était colorée par une administration bien disposée, des bénévoles dévoués et un public intéressé et amusant, ce qui a contribué au succès du Lancement officiel du Festival. Imaginez-vous, la  » Beaujonomie  » totale!

L’animateur ajoutait à l’ambiance festive, en faisant jouer constamment de la bonne musique.

Les assiettes de charcuterie du Bistro D sortaient et sortaient afin de combler le gout des amateurs du Beaujolais. Tout le monde prenait des photos, il y avait des sourires partout et même des familles avec leurs enfants.  J’ai eu la chance de rencontrer personnellement Raymond Moreau et sa famille. La place était en plein mode Beaujonomie!  (Voir les photos à la section galerie).

L’accès sur le site du Festival était gratuit ainsi que toutes les activités de dégustation présentées durant le Festival.

Jour 2, VENDREDI :

Tôt le matin, l’équipe de renforts ont commencé à ériger les kiosques pour plus de 35 exposants, tous les membres de l’équipe étaient habillés d’un uniforme composé d’un t-shirt foncé et d’un pantalon court (on ne pouvait pas les manquer). Depuis ma fenêtre de l’hôtel, je voyais juste une portion des activités, alors je suis allée sur place pour sentir le pouls du festival de plus près. Tout le monde était à sa place, même la police. Personne ne perdait de temps, mais on était tout de même dans un contre la montre, car malgré l’horaire d’ouverture on savait que le public arriverait plus tôt que prévu, c’était donc nécessaire qu’on se dépêche. 

 Dès l’ouverture, le premier kiosque que j’ai visité, celui de Mario Pelchat, a bien vite été inondé par la gent féminine. C’est la première production de vin du chanteur: La Promise 2017.  Il s’agit d’un vin rosé, avec robe pelure d’ognon et une acidité marquée. L’origine de cette cuvée est une belle histoire d’amour, que vous pouvez écouter dans la section « Vidéos-entrevues ». Tapez Mario Pelchat. Mario a su donner du bon temps à ses admirateurs, qui ont pris des photos, alors que lui signait les bouteilles avec toujours la même gentillesse.

Le kiosque des Vins du Sud-Ouest a été l’un des plus populaires, il y avait 4 blancs : Écho Indigo, Pyrène « Beau Manseng », Château Laffitte-Teston « Éricka » et Premières Grives du domaine du Tariquet.  2 rosés : Carrelot des amants et Château Bellevue La Forêt et 6 vins rouges : Vin est une fête, Cuvée don Quichotte, Renaissance, Château Les Bouysses, Château Montus et Greenwich 43N. (Les noms des vins sont écrits tels que dans le kiosque).

Le kiosque des vins du Beaujolais nous a offert des produits provenant des appellations du Beaujolais, Beaujolais Villages, Brouilly, Juliénas, Chiroubles, Fleurie, Chénas et Morgon.  

Monsieur Cocktail était installé dans le kiosque 45, il était prêt pour la guerre de toutes sortes de cocktails.

Temaki Mobil était un resto-mobile situé sur la rue racine au milieu des vins. Il vendait crevettes-popcorn à 8$.

L’agence Oeno a fait fureur avec Roberto Alonso, un chevalier espagnol qui représentait personnellement le Conde Valdemar.

Francis Ford Coppola Winery et sa légendaire voiture noire nous obligeaient à arrêter à plusieurs reprises pour la voir, elle était tout simplement wow! Malheureusement, on ne pouvait pas y monter. Elle a été abritée par la populaire agence Trialto.

Des baies de genièvre, des grains de coriandre, des écorces d’orange amère, des écorces de pamplemousse, des baies d’argousier, des baies de sureau, de mélilot, des fleurs de sureau, des fleurs d’hibiscus, des fleurs de camomille, de poivre des dunes, des racines d’angélique, des racines d’iris et de la cardamome, ce sont là tous les ingrédients que la Distillerie du Québec utilise pour élaborer le TRAIT CARRÉ dry gin. Ce gin est conçu par ce mélange unique de 14 ingrédients afin de créer une boisson à 40.4% d’alcool, savoureuse, équilibrée et rafraichissante. Représenté par LA QV.

Ce ne sont pas seulement des vins qui étaient présentés, mais aussi « Patrouille Eurêko », une organisation secrète qui nous a été dévoilée et qui nous a montré tout ce que nous pouvions faire avec les produits recyclés pour le bienêtre de notre planète. Par ailleurs, Honda, Vinum Grappa, Nutrinor et l’animation sur la rue Racine, avec de belles filles et même un mariage amérindien, ont soutenu l’intérêt d’un certain public, pendant que d’autres dégustaient les produits du festival. Tout le long de la rue, on retrouvait des gens sous le charme d’une découverte, ou pris d’un coup de cœur en rouge ou en blanc.  On ne pouvait pratiquement pas marcher sur la rue Racine, tant elle était pleine de monde.

Tout au long du festival, il y avait des journalistes spécialisés qui interviewaient les producteurs afin d’informer la planète et parfois c’était même en direct. Bacchus, Venus et la beauté du vin couvraient le territoire.

Jour 3, SAMEDI :

Une fois reposés, les survivants de la veille, l’armée de professionnels du vin attendaient le public encore une fois. Au loin, on  entendait le hurlement d’un loup blanc, c’était le signal attendu. « Tous à vos postes! », et c’était l’ordre de Sophie Blackburn, une des capitaines du festival. Cet après-midi- là, le public avait commencé à rentrer dans la région vinicole du centre-ville de Saguenay vers 14h.

En suivant mes racines espagnoles, je me suis dirigée au kiosque des Vignerons de Chartier pour rencontrer Irene Alemany et Laurent Corrio, deux Espagnoles qui viennent de La Catalogne et dont le domaine Alemany i Corrio est situé à Penedès, Espagne.

C’est le grand-père d’Irene qui a planté les vignes et qui faisait du vin. Certaines vignes ont 40, 60 ou 80 ans. Le père d’Irene ne faisait pas de vins, il faisait juste vendre les raisins. Maintenant, Irene et son conjoint Laurent ont le vignoble et ils font du vin.    

Le couple produit ses vins avec les levures provenant du vignoble, ils ne travaillent jamais avec des levures artificielles. Ils ont la mentalité de faire attention à l’environnement, tant pour leur propre santé, que pour la santé d’autrui et aussi bien que pour celle de la planète, » la terre ne nous appartient pas, la terre nous est prêtée et il faut être conscient qu’il faut respecter notre propre santé et celle des autres. Ce n’est ne pas pour avoir des étiquettes ou des accréditations sur la bouteille qu’on a opté pour l’agriculture raisonnée ».

Après avoir travaillé dans différents domaines à l’intérieur de l’Europe et aux États-Unis, Irene et Laurent ont envisagé de faire leur propre vin, un vin sans limites et transparent, honnête, bio et pur.  « Ça a été tout un défi pour nous parce que les gens sont habitués à boire des vins avec des levures artificielles. Notre premier produit fut Sot Lefriec 1999, où à chaque pas nous doutions, est-ce qu’on doit le faire? Est-ce qu’on doit continuer? Est-ce que, est-ce que, est-ce que… finalement nous l’avons embouteillé et aujourd’hui c’est un vin qui est encore radieux « . L’élevage de Sot Lefriec va toujours varier selon le millésime, des fois 23 mois, des fois 28 mois en barrique française, 3 ans de séchage et un grillé moyen bas. Les barriques sont faites en Bourgogne à la tonnellerie DAMI. Les bois des forêts Allier et Nièvre sont dans les barriques. Le type de sol est calcaire et très profond. Il n’y a pas de filtration. Pour ce qui est du soutirage et de l’embouteillage, ils sont faits selon le mouvement de la lune, nous raconte la productrice Irene Alemany.

Le Pas Curtei 2014 est un vin rouge dont l’un des buts était de faire un vin à bas prix. Toutefois, il n’est pas en reste avec les autres vins. Il a ses propres vignes et ses propres barriques. Une parcelle du terroir est déjà destinée pour lui. L’élevage est plus court, entre 14 et 18 mois en barrique, ça dépend du millésime. La fermentation malolactique est faite dans sa barrique. Conclusion : bon rapport qualité-prix-plaisir.

El Microscopi 2016 est un vin rouge qui est né il y a 4 ans. Comme Irene a eu un cancer du sein, elle et Laurent voulaient faire quelque chose pour appuyer la science, alors ils ont élaboré un vin en honneur à la médecine. La première cuvée a servi à acheter un microscope et présentement, les ventes sont versées à la Fondation Vall D’Hébron en Catalogne, Espagne. 

Le domaine Alemany i Corrio produit aussi deux vins blancs issus du cépage Xare-lo, ils sont : Principia Mathématica 2016 et Cargol Treu Vi 2016. 

J’ai parlé avec Emmanuel Cazes, Vigneron qui en était à sa première visite au Saguenay.

Le domaine Casez existe depuis 1895. C’est Michel Casez, l’arrière-grand-père d’Emmanuel qui l’a découvert et fondé à Rivesaltes. Le domaine Casez est situé entre la chaine des Pyrénées et la mer méditerranée. 

En 1927, Michel acquière le domaine Mas Joffre et agrandit ainsi le domaine Casez. Dans les années 50, se sont ajoutés 40 hectares de plus. En 1971 les frères André et Bernard ont pris la direction de la troisième génération.

En 1997, c’était le tour de la quatrième génération : Emmanuel Cazes a transformé le domaine à la culture biologique et biodynamique.

En 2012, le domaine Cazes a agrandi plus encore avec l’achat du domaine Les Clos de Paulilles, domaine situé dans l’anse de Paulilles entre Collioure et Banyuls.

L’année passée le domaine Cazes a célébré ses 20 ans de conversion en bio grâce à Emmanuel Cazes, le fils de Bernard.  

Présentement, le domaine compte avec une superficie de 220 hectares.

Emmanuel a présenté au public deux produits : Marie-Gabrielle 2017 et Castell D’Agly 2015.

Marie-Gabrielle 2017 est un assemblage de Sirah, de Grenache et de Mourvèdre. Un nez avec des arômes purs de fruits noirs et d’épices. Les tanins sont solides. La persistance est appréciable et l’acidité est délicate. Sec, corsé, ample, fruité et naturelle.

Castell D’Agly 2015 est aussi un assemblage de Grenache et de Carignan. Il dégage d’invitants arômes de violette, de cacao, et de fruits noirs en confitures. En bouche, il est sec, corsé, ample, fruité et floral. Les fruits accompagnent les tanins et tapissent le palais pour longtemps.

Le kiosque 19 de l’agence  » Importation Vigneron  » avait comme invité le Château Donjon de Bruignac. Le producteur bordelais Denis Collard, s’est marié avec une dame qui est née dans Charlevoix, à La Malbaie. En 2015, ils ont acheté un domaine de 2.37 hectares, composé de sols argilocalcaires. Leurs deux produits exposés étaient: Château Donjon de Bruignac, 2014, assemblage élaboré majoritairement de merlot et de cabernet franc. Un vin léger, avec peu de bois, facile à boire et à prendre jeune. Le deuxième a été Prémium 2015 de Bordeaux supérieur, d’un même assemblage, sauf qu’élaboré avec de proportions différentes, il est plus corsé. J‘espère vraiment voir ses produits bientôt à la SAQ. 

Connaissez-vous la sauce piquante sauvage vendue par Morille Québec?

C’est une sauce à base de tomates, de vinaigre, de cidre, de bleuets, de cayenne, de canneberges, d’épices et de chanterelles.

Je l’ai mis sur un biscuit avec du ceviche…wow! Un produit de terroir à découvrir!

Et la cerise sur le gâteau,

La distillerie du Fiord est située au kilomètre 12 du chemin des Monts-Valin, où s’écoule une eau de source naturelle d’une pureté incroyable. C’est en plein cœur de cet environnement sauvage que la flore nous révèle toute sa richesse. Inspiré de cette nature du Fiord, le gin Km12 vous fera vivre une authentique expérience de la forêt boréale. Vous serez enveloppés par les arômes forestiers, vivifiés par l’eau de source et surtout, vous profiterez du moment présent. Les ingrédients : myrique baumier, nard des pinèdes, feuille de framboisier sauvage, poivre des dunes et de jeunes pousses de sapin baumier sont délicatement cueillis à la main dans l’environnement même de la distillerie. C’est en symbiose avec l’expérience de la forêt boréale qu’une base de baie de genévrier confère au gin une parfaite harmonie. L’eau de source du Km12 est utilisée dans la fabrication du produit qui permet un équilibre des saveurs.

Texte écrit par la famille Bouchard de la distillerie du fiord.  

Le gin Km12 avec 40% d’alcool a gagné la médaille d’or 2017 à la Compétition mondiale des Spiritueux à San Francisco. C’est un gin qu’on peut prendre pur, sur glace ou en cocktail. Il est frais, floral, épicé, boisé avec des nuances de sapin.

Comme tout a une fin, l’honorable festival s’est aussi terminé sur une bonne note. En effet, « La Boîte à Vin Rouge FM », dirigée par Richard Turcotte, nous a présenté le plus grand karaoké jamais vu au Québec lors de la clôture du festival. Les chanteurs étaient Mario Pelchat, Jacques Orhon, Phillipe Lapeyrie, Richard Turcotte, parmi d’autres.

Le bilan :

50.000 remerciements! Plus de 2.000 bouteilles vides et 3 verres INAO cassés.

Le kiosque le plus couru : Mario Pelchat.

Le plus gentleman : Roberto Alonso de Bodegas Valdemar.

Le plus souriant : tout le monde.

Le kiosque le plus photographié : Francis Ford Coppola Winery, grâce à Xavier Dachez.

Le kiosque le plus expressif : Importation Vigneron

Le kiosque de la belle surprise : le numéro 32, Vignoble Isle de Bacchus avec sa nouvelle philosophie d’élaboration.

Le kiosque le plus interactif : Advini avec Brigitte Jeanjean qui a organisé un tirage en direct ainsi que virtuel (il fallait sélectionner, parmi trois, la nouvelle étiquette pour le Pive rosé, le gagnant s’est vu remettre un Pive de 3 litres). Emmanuel Cazes, producteur du Domaine Cazes était présent et accompagné des deux icônes d’Advini : Hélène et Julie, toujours fidèles à Advini.

Le plus joyeux : Divin Paradis, avec son  » Girafe Meinhard Forstreiter Gruuner 2017, Autriche  » et sa gamme de 3 rhums « Trois-Rivières ».

Les victimes de son propre succès : FVS 2018 avec un record de ventes de billets, record d’achalandage et record de vin servi.

Les héros du festival : les agences représentantes.

La découverte du festival : Irene Alemany et Laurent Corrio du domaine Alemaby i Corrio, représenté par l’agence Les Vignerons de Chartier.

Le traitre du festival : Bacchus, qu’on a découvert en dégustant un spiritueux.

La plus charismatique : Lise Gayraud, productrice de Château Martine, représenté par AOC.

Les survivants : les protagonistes du groupe #1, qui ont réussi à finir le « rendement facile » dans l’activité de vignerons et de presse au Parc Aventures Cap Jaseux. Les voici : Samy Rabbat, Susana Ochoa, Olivier de Maisonneuve et Natalie Richard.

Sans oublier, les combattants du festival qui se soutenaient mutuellement, « les bénévoles« , qui ont su faire toutes sortes de tâches et surtout ceux qui se sont occupés de vider les crachoirs.  Chapeau à tous!

Merci et à l’année prochaine!

Festival des Vins de Saguenay 2017

Pourquoi j’y assiste !

Bon nombre de québécois ont un intérêt pour le vin, peut-être pour la génétique, pour la culture, ou encore tout simplement pour le plaisir.

Le FVS est un événement où l’on peut « déguster » une grande diversité de vins de partout au monde. On y retrouve aussi d’autres produits comme les eaux de vie et les liqueurs.

Le Festival de Saguenay exige beaucoup d’organisation et de logistique. D’abord un permis, un porte-parole, les installations, la publicité, les commanditaires, les ressources monétaires, les infrastructures, etc.

Le plus important c’est la participation des gens, du public, autant des amateurs que des connaisseurs du bon boire.

Autre point important, le FVS se montre comme un promoteur de la région qui sait faire découvrir à ses visiteurs, le Saguenay, ses habitudes, ses habitants, ses attraits touristiques ainsi que les produits de son terroir.

Le FVS en plus d’être une activité vinicole, est aussi une source économique pour beaucoup des personnes et d’entreprises telles que les restaurants, les hôtels, les gîtes, les auberges, les boutiques, les tours sur le fjord, etc.

Jeunes adultes et moins jeunes se retrouvent sur l’amusante rue Racine avec la même énergie, le même objectif : déguster, découvrir, socialiser, rencontrer des personnes passionnées par le vin. C’est Saguenay, le pays du bleuet, qui sait recevoir son monde et qui permet de vivre de bons moments en bonne compagnie. Avec le temps, comme le bon vin, le Festival des vins de Saguenay se bonifie et se diversifie. À vous d’en profiter!

Cette année le FVS a ouvert ses portes pour sa Onzième année, et c’est nul autre que Philippe Lapeyrie qui en était le porte-parole.

Tout a été pensé, en cas de pluie, le hangar de la zone portuaire était prêt.

L’inauguration a eu lieu le jeudi 13 juillet à La Place du Citoyen dans le centre-ville de Chicoutimi avec une formule 5 à 7 dont les invités étaient les Vins du Sud-Ouest. Nous avons eu la chance de savourer sur place le fameux « cassoulet » élaboré par le chef Pachon, bien aimé au Saguenay. La chaleur du soleil nous a accompagnés et les fontaines colorées dansaient au rythme de la musique de notre D.J.

Le vendredi 14 juillet les dégustations ont eu lieu sur la rue Racine. Il-y-avait aussi des dégustations –conférences dans l’espace « Boîte à vin rouge FM » animéesprincipalement par les producteurs invités : Pierre-François Perrat (domaine des Béates), Lise Gayraud (Château Lamartine), François Chartier, Alain Bellemare (Villa d’Orta) et Edoardo Montresor (Vins Montresor). On retrouvait donc de l’animation sur toute la rue. Mentionnons la présence de notre original et talentueux chroniqueur-sommelier Olivier Maisonneuve (samyrabbat.com) qui a su attirer l’attention du publique alors qu’il faisait un peu l’historique du vin grâce à son habillage de Bacchus, le Dieu romain du vin.

Le samedi 15 juillet, encore une fois la rue était pleine de gens et de beautés de tous les âges profitant de cette ambiance festive et conviviale.

La boîte à vin rouge ne « dérougissait » pas de gens intéressés qui « buvaient » les paroles et les conseils des différents conférenciers. Pour l’occasion : Brigitte JeanJean (le vin rosé Le Pive Gris), Julie Montreuil (Vinum Grappa), Jean-Marc Amez-Droz (Vins de Suise) Jean-Claude Mas (Paul MAS), Alexandre Chaudière (Château Pesquie), Anthonie Jaume (Domaine Jaume) et Patrice Plante (Monsieur Cocktail).

Aline Mignault Présidente de l’Association Canadienne de Sommeliers Professionnel, l’animateur Richard Turcot et Ève-Marie Lortie de l’émission « Salut, bonjour » ont participé au festival également.

Pour la fermeture du FVS, François Chartier, un des sommeliers les plus illustres dans le monde de la sommellerie, nous a offert une soirée disco en compagnie du D.J. Darryl Masih, et de Monsieur Cocktail lui -même qui nous a concocté un cocktail électro-musical à base de FRONSAC- Chartier. La soirée était encore jeune et déjà la rue racine été remplie de gens qui dansaient et fêtaient dans une ambiance chaleureuse et carnavalesque.

Pour ma part, après avoir dégusté plus de 350 produits, visité 52 exposants et avoir parlé à pas moins de 30 vignerons qui représentaient 32 pays viticoles, je suis très contente et satisfaite de cette belle expérience à Chicoutimi qui l’espace d’un festival, est devenue pour l’occasion le festival-disco-bar-extérieur le plus populaire et le plus grand du Québec.

J’y serai encore l’an prochain! Et vous?