Puyjalon, la première distillerie de la Côte-Nord 2019

Puyjalon, la première distillerie située à Havre-St-Pierre, au milieu du « fret » de la côte-nord.

Denis Flower et Mario Noël sont deux des quatre copropriétaires de la distillerie Puyjalon, la première distillerie située à Havre-St-Pierre.

En 2018 ils ont eu l’idée de démarrer la distillerie pour des raisons, selon eux, un peu économiques. Ils avaient le désir de créer une nouvelle entreprise, ils avaient surtout le désir de créer des produits qu’ils pourraient exporter à l’extérieur de la région. L’élaboration des spiritueux et la distillation c’est quelque chose qui les passionnait déjà à la base, donc ils se sont lancés dans cette histoire sans vraiment savoir où ça pourrait les mener.

« On a décidé vraiment d’aller avec un nom à saveur historique pour nous, donc, le compte Henry de Puyjalon était le premier gardien de phare dans l’archipel de Mingan sur l’ile au Perroquet en 1888. Donc, on a décidé de s’inspirer de cet homme là pour créer nos produits, c’était en plus d’un gardien de phare, un amoureux de la nature, un naturaliste, un géologue de formation, donc on s’est vraiment inspiré de lui pour créer l’histoire autour de la distillerie », nous confie Mario Noël.

Le premier produit qui est sorti au mois de mars 2019 est un Gin nord-côtier: Betchwan, qui est un ancien village sur la côte-nord, c’est là que le compte Henry de Puyjalon a fini ses jours sur l’ile, juste en face de Betchwan. Ce qui était bien dommage pour ce coin de pays.

Betchwan est fait à partir d’ingrédients de la région. Il contient 13 aromates dont 8 proviennent de la région : genévrier, poivre des dunes, myrique baumier, thé du Labrador, livèche écossaise qui amène le côté salin de leur gin, du champignon chaga séché qui est une espèce de champignon qui est récolté sur l’ile d’Anticosti, en face de la côte-nord. Une des particularités de ce gin est l’utilisation de petits fruits nordiques, donc la plaquebière, mieux connue aussi sous le nom de la chicouté et l’Airelle qui est une espèce de canneberge sauvage qui pousse vraiment au ras du sol, puis du chicouté.

Betchwan est un gin qui est quand même assez parfumé, qui est à la fois un peu salé, un peu boisé, avec une finale fruitée, sucrée, débordant d’arômes, de saveurs, de caractères et de splendeurs. Il reflète les riches de l’environnement d’Havre Saint-Pierre : délicat, raffiné, fruité et frais, vous goûterez la nature nord côtière! Les professionnels définissent ce gin comme étant celui au mille et un parfums. 44.75$

Découvrez aussi sa vodka Eskimo! Eskimo en fait, Havre Sait -Pierre au début du siècle s’appelait « Pointe aux Eskimos ». La vodka Eskimo est sortie au début août 2019 et il est distillée à la distillerie. Élaboré avec l’eau de la région, ce qui fait la grande qualité de cette vodka, c’est l’eau de la côte-nord, très riche en minéraux, ce qui en fait un produit de qualité. Ça c’est la particularité de la vodka Eskimo, la qualité de l’eau de Havre St-Pierre.

La vodka Eskimo est bien ronde en bouche, très douce, elle coule très bien, ce qui fait qu’on a un produit quand même de très bonne qualité. (39.25$)

Attention aux étiquettes!

Le concept en arrière de tout ça, c’est qu’ils utilisent une ancienne carte marine qui était utilisée par la marine marchande britannique. La représentation de cette carte est à l’arrière des étiquettes, sur les bouteilles, et ça représente une portion de l’archipel de Mingan , puis sur Betchwan il y a L’ile à la Chasse où était le village de Betchwan, tandis que sur Eskimo on a l’ile Eskimo Island qui était en face de la pointe aux Eskimos, c’est là le concept dernière le Branding.

Préparer un cocktail au style de Mario!

« On aime bien le servir en gin tonic, cela fait que …une part de gin avec quelques glaçons, une lime, un citron et un tonic que l’on aime bien servir, un tonic de qualité, un tonic québécois, cela fait un très bon cocktail ».

Pour écouter la vidéo sur YouTube.       https://www.youtube.com/channel/UCw-oxAcHlJfpL-mA0DUv7Dw/videos

Sources d’information :

Entrevue avec Denis Flower et Mario Noël.

Soeur Angèle au Festival Folklorique de l’Isle-aux-Coudres

Quel bonheur avons-nous eu dernièrement dans Charlevoix! : Sœur Angèle au Festival Folklorique de l’Isle-aux-Coudres!

Quelle belle énergie donnée sans mesure de la part de Sœur Angèle lors du quatrième Festival Folklorique de l’Isle-aux-Coudres. Le Festival vise à faire remarquer les talents de la région, à faire découvrir les produits et à célébrer la culture et la beauté naturelle de Charlevoix.

Les organisateurs du Festival, Caroline Dufour, Simon Vadnais, Pierre Dufour et Frédéric Boudreault, ont fait le bonheur de plusieurs personnes qui n’arrivaient pas croire que Sœur Angèle était parmi elles. Quelle libération de l’esprit, si plaisante pour beaucoup de charlevoisiens. De partout, on entendait que des éloges.

Sœur Angèle a animé un Pot Luck ainsi que la messe dominicale. Lors du Pot Luck, plusieurs producteurs se sont réunis afin d’exposer leurs produits et pour confectionner un plat à partir de ceux-ci. C’est Louis Harvey qui a coanimé l’événement en compagnie de Sœur Angèle.

Le publique était content de sa région, les animateurs étaient amusants, les participants étaient fiers de leurs produits, et moi, moi j’avais le cœur libéré en ressentant l’amour, le respect, l’humilité et l’énergie qui se dégageaient dans la salle. Succès total!

Voici la liste de producteurs participants :

Noelline Harvey, Épicerie chez Paul : tarte au sucre blanc.

Nathalie Harvey, GFFM Leclerc : pâté à l’éperlan.

Michel Pedneault, Cidrerie et Vergers Pedneault : cidre et mistelle.

Lucie Bergeron : pâté croche à la pâte ébouillantée.

Marie-Jeanne Dufour : tarte à la farlouche.

Marie-Josée Ladouceur, Safran Charlevoix : vinaigrette de safran.

Jean-Baptiste Desgagnés : tarte aux tomates.

Plus tard, dans la journée du samedi, on pouvait visiter le chapitre des artisans, manger sur place, prendre une bière, voir la parade de tracteurs et écouter de la musique.

Visitez la section de Galerie des photos!

Source d’information : le même événement.

Automne, quand tu me charmes

Le printemps est pour revivre, l’été pour s’activer, tandis que l’automne est pour allumer la cheminée et s’assoir devant en prenant un verre de vin dans le calme. Humer ses arômes, goûter ses saveurs et sentir comment il caresse subtilement le palais. Après tout, c’est l’automne et on n’est pas pressé.

La nature est si prodigieuse que lorsque l’automne arrive, les fruits finissent de mûrir et les arbres commencent à faire tomber leurs feuilles. Ils se dépouillent alors de ce qui n’est plus nécessaire pour demeurer avec l’essentiel. Pour nous les humains, il nous manque la chaleur, toutefois, nous avons une abondance de fruits.

L’automne est une saison tranquille et sage qui nous invite à réfléchir, à nous écouter avec plus d’attention en nous dédiant plus de temps. C’est souvent à ce moment que les gens prennent le temps d’aller consulter leur médecin ou leur psychologue.

L’automne, tellement puissant, hypnotisant, nous force à nous arrêter pour contempler, avec les yeux de l’âme, la chute des feuilles colorées qui tombent en toute tranquillité et nous rappelle ainsi, qu’une autre année se terminera bientôt. C’est à ce moment- là qu’on peut prendre conscience et se demander : « Qu’est-ce que j’ai fait de bien cette année pour moi et pour les autres ».

Pour moi, l’automne existe pour décrocher, se retrouver, suivre nos instincts et renforcer notre intérieur tout en restant à la maison pour y passer plus de temps avec nos proches.

OMERTO, premier Vin de Tomate au monde 2017

OMERTO, le premier  Vin de Tomate au monde.

Dans les années 30, en Belgique, il y avait pénurie  de tout à cause de la première guerre mondiale. Pas de vêtement, pas de nourriture, pas de vin. Un homme appelé Omer a décidé de faire son propre vin à base du seul aliment qu’il avait : la tomate.

La Tomate est un fruit et pas un légume, comme nous le rappelle  le producteur de Baie Saint Paul : Pascal Miche. C’est lui qui a repris l’idée de son arrière-grand-père Omer  pour l’offrir au monde entier.

Nous retrouvons   sur le marcher quatre cuvées faites à partir de six sortes de tomates ancestrales et biologiques. Chacune des cuvées est  le résultat d’un assemblage de trois sortes de tomates. Le Domaine de la Vallée du Bras travaille en culture Biodynamique. Voici les 4 cuvées d’OMERTO.

Vin apéritif sec. Robe jaune pâle dorée. Des arômes d’agrumes et une bonne acidité. Accord : poisson fumé, huîtres, sushi. 

Vin moelleux. Jaune pâle léger.  Au nez, on y trouve de subtiles notes de fleur d’oranger, de melon et d’abricot. L’acidité de la tomate et la douceur du sucre résiduel sont présentes. Accord : foie gras et desserts.

Demi-sec. Jaune paille brillant à cause de la part des Anges (évaporation du vin en barrique). Il sent les agrumes et le boisé fumé par la torréfaction en barrique. Un goût aux notes de cognac. Accord : Fromages forts.

Fût de châtaignier et cerisier. Jaune paille. Parfums de pétales de rose, d’orange et un peu de boisé. Moelleux aux  saveurs de la famille du Sherry. Accord : Fromages bleu, chèvre et chocolats.